Plan d’archivage numérique pour la British Library

Afin de préserver des milliers de pages web, la British Library a créé une base de données regroupant près de 5 millions de sites internet britanniques, permettant ainsi de les classer.

British_Library_EdilivreZoom sur un processus ingénieux
Pas moins de trois siècles furent nécessaires à la bibliothèque nationale anglaise pour collecter 750 000 exemplaires de journaux imprimés. Il lui aura fallu seulement quelques mois pour enregistrer numériquement des centaines d’oeuvres intellectuelles et culturelles.

Ce projet comprendra même des copies de messages publics des utilisateurs de Facebook et de Twitter, évitant ainsi de perdre de nombreuses données.
La British Library, qui ne pouvait classer qu’un certain nombre de données, ce qui n’est plus le cas à présent, voit ainsi ses capacités d’archivage croître considérablement.

Un mot sur la plus célèbre bibliothèque anglaise
Connue sous le sigle BL, la British Library s’apparente, en réalité, à la bibliothèque nationale du Royaume-Uni . Elle est aux Anglais ce que notre Bibliothèque Sainte-Geneviève est aux Français ! Située en plein cœur de Londres, et longtemps dépendante du British Museum, elle s’impose comme l’une des principales références littéraires mondiales, recensant pas moins de 14 millions de livres classiques et contemporains.

Le lieu, fondé en 1973 par le British Library Act, s’avère très moderne, tant par ses initiatives que par sa bâtisse, à l’architecture très épurée.
Parmi les grandes pièces de ses collections, figurent notamment des manuscrits de Leonard de Vinci, deux Bibles de Gutenberg, des oeuvres inédites de Mozart, Bach, Mahler.

Que pensez-vous de ce projet ?

Article écrit avec la participation de Camille