Ils nous ont dit


23 juin 2015
Posté par
Flora

Natasha Anaïdi, auteur de « Trésor endiablé… »

« J’ai découvert Edilivre !

Au fil des jours, je l’ai aimé. Comme la fiancée se colle à son fiancé, j’ai rencontré cette belle maison d’édition. Je l’aime bien, et je m’y colle, comme de la colle s’y colle. Mon cinquième livre, enfin mon second chef d’oeuvre littéraire vient d’émettre son premier cri sur les abords de votre maison d’édition. Une fois encore merci pour le travail précieux que vous faites en m’accompagnant.
Aux lecteurs je dirai ceci: «La mer morte de Kalakulta s’étendait à perte de vue. Elle séparait la ville de Beaty de la forêt de Draconia. Cette mer était tantôt houleuse, tantôt d’un calme à glacer tout être vivant. Elle s’agitait périlleusement, sifflait, hurlait, puis gardait un silence de mort. Tout y était mystère, austère. Crésus avait apprêté un voilier de fortune, qu’il avait découvert, aux abords de la périlleuse mer. Aux côtés du voilier, une perle de crânes humains, d’ossements desséchés, que les vautours avaient becquetés d’un diabolique appétit se laissaient joyeusement compter. Une sueur froide dégoulina, le long du torse émacié de Crésus. Tout se dessina dans sa tête. Il entendit, en son for intérieur, retentir le glas de la mort. Où allait le mener sa quête, sa conquête du fameux trésor endiablé ?».
Voudriez-vous poursuivre cette belle mésaventure avec moi ? Voudriez-vous cerner mon secret ? Eh bien, n’hésitez pas à acheter un ou plusieurs exemplaires de ce livre, un véritable cadeau littéraire.  Allez l’acheter maintenant !

Cordialement,
Natasha Anaïdi »