Michel Giroud dans le journal Le Dauphiné Libéré pour son ouvrage « La Saga des rois capétiens »

Le Dauphiné Libéré dresse le portrait de Michel Giroud. L’occasion pour l’auteur de présenter son ouvrage "La Saga des rois capétiens".

 

A-propos du livre:

Au début du IXème siècle, les Carolingiens, avec le sacre de leur empereur Charlemagne, croyaient rétablir la sérénité dans l’Empire d’Occident. C’était faire fi de la vivacité des particularismes régionaux. À la mort de celui-ci en 814, l’empire carolingien se désagrège en principautés autonomes, au moment même où de nouvelles invasions (Hongrois, Sarrasins, et surtout Normands) menacent l’Occident.

Aussitôt, les institutions féodales se mettent en place : depuis leurs châteaux fortifiés, les seigneurs imposent leurs lois aux paysans regroupés autour d’eux, leurs devoirs envers eux, en contrepartie desquels ils leur assureront tranquillité et protection. Mais tout cela a un prix.

En 987, l’avènement d’Hugues Capet marque la naissance d’une nouvelle dynastie, les Capétiens, qui va régner sur le royaume de France pendant plusieurs siècles. L’idée majeure des Capétiens est de transmettre l’hérédité à la couronne par la règle de la primogéniture - l’héritier mâle le plus âgé- qui sera confirmée par le sacre du roi.

Aux XIème et XIIème siècles, un monde nouveau apparait, répondant à l’accroissement de la population. Les défrichements intensifs façonnent de nouveaux paysages. On crée des voies de circulation. Les villes se développent, s’émancipent peu à peu de la tutelle seigneuriale, l’activité économique s’améliore, la production vivrière aussi.      On assiste à un commencement d’unité du royaume, au renforcement du pouvoir royal. Philippe Auguste en accentuera le processus, confisquant les fiefs français détenus par les Plantagenets, rois d’Angleterre. C’est lui aussi qui renforcera la défense de Paris en l’entourant d’une muraille plantée de donjons et décrétera Paris capitale du royaume de France. C’est l’époque du « triomphe de la foi ». Ainsi, la chevalerie exaltée par l’Eglise fournira les troupes de croisés pour la 1ère croisade, avec pour résultat la prise de Jérusalem (1099). Les différents avec l’Angleterre sont nombreux et les conflits armés s’enchaînent sans cesse. Mais c’est au XIVème-XVème siècle que la guerre va connaître son apogée avec la trop célèbre guerre de Cent Ans, opposant les rois de France et d’Angleterre, ces derniers revendiquant leur prétention à la couronne de France.


Commentaires