Toute notre actualité


Actualité Edilivre


11 juillet 2013
Posté par
Flora

L’opération à succès du mois : 1er Salon du Livre Sous la couverture

Le samedi 22 et dimanche 23 juin a eu lieu le salon du Livre Sous la Couverture à Signy-le-Petit. Cette première manifestation mise en place par le Club Auteurs Champagne-Ardenne a connu un franc succès. Une dizaine d’auteurs Edilivre ont répondu présents à cet événement local et plus de 40 livres ont été vendus. 

Cette interview, accordée par l’Auteur référent du club Alix Lemaire, est l’occasion de revenir sur les démarches qui ont été effectuées pour mener à bien ce projet.

Nous remercions Alix Lemaire, l’Auteur référent du club, pour avoir intégralement orchestré cette opération. 

Opération_à_succès_Edilivre

D’où vous est venue l’idée de mettre en place un salon dans le cadre du Club Auteurs Champagne-Ardenne ?
L’idée m’est venue car je souhaitais motiver les gens et le Club Auteurs Edilivre Champagne-Ardenne. Je disposais d’une salle durant tout le mois de juin pour mon exposition de toiles. J’ai donc profité de cette occasion pour créer un évènement dans le but de faire émerger un réel groupe d’auteurs au sein du club et lui donner plus de vie.

Comment avez-vous eu l’idée du nom de la manifestation Sous la couverture ?
Le nom de la manifestation m’est venu très simplement sans réelle réflexion. Je l’ai trouvé drôle et accrocheur donc j’ai opté pour celui-ci très simplement.

Comment avez-vous trouvé le lieu ?
Pour trouver un lieu, cela a été très simple. Je disposais d’une salle pour mon exposition durant tout le mois de juin. Le lieu où s’est déroulée la manifestation, Bras’seris d’Ardenne, est une salle où j’ai l’habitude d’organiser différents évènements. Les propriétaires sont des gens très accueillants et partant pour tous types de projets et d’initiatives.

Comment s’est déroulée globalement la mise en place de cet évènement ?
La démarche pour mettre en place cet évènement s’est très bien déroulée. Les choses ont eu un petit peu du mal à démarrer mais globalement j’en garde un très bon souvenir.

Quels éléments étaient essentiels afin de monter une opération dans les meilleures conditions ?
L’élément essentiel a été le soutien d’Edilivre par la mise à disposition d’affiches, ce qui a été vital pour la reconnaissance de l’évènement et faire venir des personnes lors de ces 2 jours.

Comment avez-vous communiqué sur cet évènement ? Quels ont été vos supports de communication ? Comment avez-vous tenue informée la population locale ?
Tout d’abord, nous avons communiqué sur cet évènement avec les affiches que nous avons disposées dans plusieurs lieux et endroits stratégiques tels que les bibliothèques. J’ai également contacté plusieurs personnes et les médias. La région a mis en avant le salon sur son site internet, la télé (FR3 Champagne) s’est déplacée le week-end avant le salon et j’ai également contacté la radio locale. Un message que j’ai préenregistré annonçant l’événement a été diffusé sur les ondes régionales.

Combien d’auteurs étaient présents à ce salon ?
13 auteurs étaient inscrits à cette manifestation et 11 auteurs étaient présents lors de cet évènement.

La gestion des inscriptions a-t-elle été difficile ? Pourquoi ?
La gestion des inscriptions n’a pas été difficile. Le plus ardue a été de faire bouger les gens et de les motiver à venir.

Combien de visiteurs étaient présents à cet événement durant ces 2 jours ?
Plus d’une centaine de visiteurs malgré une certaine malchance avec le temps. Nous n’avons pas bénéficié de conditions climatiques dès plus réjouissantes. Il a plu tout le week-end ce qui a dû en refroidir certains.

De quels soutiens avez-vous bénéficié ? Matériel, financier et humain ?
Je n’ai bénéficié d’aucun soutien financier. Concernant le matériel, les tables et chaises ont été fournies par le lieu d’accueil. Les gérants de ce centre culturel ont fourni un travail extraordinaire car tout ce qu’on leur demandait a été fourni sans problème.

Quelles démarches avez-vous effectuées afin d’attirer les médias ? Comment se sont déroulées les relations avec les journalistes ?
Afin d’attirer les médias, j’ai contacté des journalistes que je connaissais. Je les ai contactés par téléphone et cela s’est très bien déroulé. Pour la télévision, j’ai contacté un journaliste en lui présentant mon projet. Un jour, il m’a appelé en disant qu’il était à l’espace culturel dans 2 heures. Tout s’est très vite enchaîné mais j’ai été ravie que la télé se déplace pour cette occasion. 

De quelle manière Edilivre vous a soutenu ?
Edilivre m’a soutenu en réalisant l’affiche de la manifestation et en fournissant des exemplaires papier de celle-ci afin de promouvoir l’évènement. J’ai été très heureuse de pouvoir bénéficier de ce type de support.

Comment avez-vous choisi l’organisation du salon, des tables des auteurs ?
L’organisation des auteurs lors du salon s’est effectuée de manière très naturelle. Le premier jour, tous les auteurs étaient réunis dans la même pièce. Le deuxième jour, ayant plus de participants, les auteurs étaient répartis dans plusieurs pièces mais au vu des conditions climatiques catastrophiques et pour le moral du groupe, les auteurs se sont réunis dans une même salle.

Quelles bonnes pratiques retiendrez-vous pour la prochaine fois ?
J’ai été très heureuse de mettre en place cette première manifestation. J’en garde un très bon souvenir. L’ambiance était excellente et 44 ouvrages ont été vendus lors de ce salon, ce que je trouve très bien pour une première. Il m’a également permis de créer des liens d’amitié avec des auteurs et d’en rencontrer d’autres tout en partageant notre expérience en tant qu’auteur. Nous avons bénéficié de très bons retours de la part des participants qui ont passé un agréable moment convivial. J’ai même contacté la communauté de communes afin de passer un accord avec eux pour acheter un exemplaire d’un ouvrage de chaque auteur, afin que l’ensemble des auteurs bénéficient quoi qu’il arrive d’une vente.

Que retiendrez-vous de cette expérience ?
La rencontre entre les auteurs est essentielle afin de créer des liens, de parler et de sympathiser. Il ne faut pas rester dans son coin. N’hésitez pas à aller à la rencontre d’autres auteurs car c’est l’aspect communautaire de la maison d’édition qui nous permettra d’aller plus loin dans la promotion de votre oeuvre et de nous faire connaître. Les auteurs doivent prendre conscience de cette opportunité et de ce climat propice à la rencontre et à l’entraide entre les auteurs. Cet aspect est une richesse à consolider et à préserver qui peut être profitable pour chacun d’entre nous.

Quels conseils souhaitez-vous donner aux autres Clubs Auteurs Edilivre ?
Il faut trouver des solutions pour motiver les auteurs et les faire participer à la vie de leur club. Les auteurs doivent se mobiliser afin de construire ensemble des projets pour promouvoir leur ouvrage.