L’expression de la semaine : Un froid de canard

Cette semaine, nous vous proposons de découvrir l’expression : Un froid de canard.

Alliant l’aspect météorologique à un nom d’oiseau, celle-ci renvoie à un climat particulièrement rude, tantôt pluvieux, brumeux, neigeux, le plus souvent hivernal ! Se référant à un « froid très vif », « intense », elle a pour synonymes les très humoristiques « froid de gueux », « froid de loup », ou encore « froid de tous les diables ».

Une interrogation survient, quant à son origine : pourquoi le canard, animal inoffensif, est-il associé à une température aussi hostile et, par-là même, à un proverbe aussi péjoratif ? Cette maxime viendrait de la chasse au canard au cours de laquelle le braconnier, contraint de rester impassible et camouflé derrière les buissons, se retrouve glacé jusqu’aux os en attendant que l’oiseau volage veuille bien se montrer.

En outre, tout un chacun sait que  les canards vivent sur les lacs et les étangs. Il semble donc bien plus facile de les « capturer », en plein hiver, lorsque les eaux sont gelées et que les pauvres bêtes sont obligées de déserter les lacs pour circuler en eaux vives. Ils sont alors plus visibles, plus accessibles et donc plus facilement capturables.

Les autres langues connaissent aussi des équivalents pittoresques ! Tandis que les Brésiliens parlent d’ « un froid de chien », les Portugais d’« un froid à fendre », les Espagnols disent « un froid qui pèle ».

                                                                     Un_froid_de_canard_Edilivre