Toute notre actualité


Actualité Edilivre


12 septembre 2013
Posté par
Flora

L’expression de la semaine : Se faire la malle

Cette semaine, nous vous proposons de découvrir l’expression : Se faire la malle.

On utilise généralement cette expression familière pour désigner le fait que l’on s’enfuit ou que l’on part précipitamment.

La malle, qui peut s’apparenter à une valise, était autrefois utilisée pour y mettre des affaires et en assurer le transport pendant les voyages. Quelqu’un qui voulait entreprendre un long trajet se devait donc de faire sa malle.

L’expression « se faire la malle » apparaît dans les années 1930, dans les milieux carcéraux où on l’utilise alors pour désigner une évasion. Pourtant à l’époque, elle n’est pas un synonyme argotique du verbe « s’évader » comme elle peut l’être aujourd’hui.

Elle est davantage un effet de langage, destiné à déguiser avec humour la réalité. Une sorte de mot d’esprit, qui suggérait plutôt que le prisonnier était parti prendre des vacances et qu’il avait donc emporté sa malle et ses affaires avec lui. Au fil du temps, l’expression est devenue plus terre à terre et se retrouve souvent dans le jargon policier. 

Se_faire_la_malle_Edilivre