Toute notre actualité


L'expression de la semaine


9 décembre 2019
Posté par
digitale@edilivre.com

L’EXPRESSION DE LA SEMAINE : Rester sur l’estomac

«RESTER SUR L’ESTOMAC»

ORIGINES

Tout le monde connaît, pour l’avoir expérimenté, le sens propre de cette expression, le premier proposé ici : après des libations trop copieuses ou après avoir avalé des mets un tantinet avariés, la digestion est très difficile et les sensations ressenties à hauteur de l’estomac sont désagréables.
La nourriture ou la boisson donne l’impression de rester sur l’estomac au lieu de, emportée par la gravité et les mécanismes digestifs usuels, suivre son chemin normal vers une inexorable expulsion, le sur accentuant l’idée de poids gênant au lieu d’un dans plus naturel (d’ailleurs, il existe aussi la version peser sur l’estomac).
C’est depuis le début du XIXe siècle qu’on trouve cette expression dans son sens premier, la forme avec peser, devenue un peu plus rare, datant elle du milieu du siècle précédent.

Mais, au figuré et depuis le XVIIe siècle, au dit aussi qu’on « digère » mal une déconvenue ou une mauvaise nouvelle lorsque celle-ci a autant de mal à être acceptée ou à « passer » que les aliments avariés ou en excès à passer vers les intestins.
Voilà comment, à partir d’une sensation physiologique désagréable, la signification initiale de l’expression est passée métaphoriquement à un sentiment pénible ; sans oublier qu’au XVe siècle, par extension, le mot estomac désignait aussi le coeur supposé être le siège des sentiments (ne dit-on pas qu’on est écoeuré, lorsqu’on a envie de vomir ?).

Exemple : « Emilio aime la polenta bien cuite : « il faut compter vingt à vingt-cinq minutes, sinon elle vous reste sur l’estomac ! » »
Anne-Marie Prodon –Emilio, le moutonnier du Noirmont – 1988

«RESTER SUR L’ESTOMAC»