Toute notre actualité

Actualité Edilivre

27 janvier 2020
Posté par
digitale@edilivre.com

L’EXPRESSION DE LA SEMAINE : Remuer / tourner le couteau dans la plaie

«Remuer / tourner le couteau dans la plaie »

ORIGINES

Voilà une nouvelle expression dont l’origine, facile à comprendre, ne cache aucun piège.
Imaginez Charlotte Corday face à Marat, Jacques Clément face à Henri III ou bien Ravaillac face à Henri IV. Chacun, muni de son poignard, le plante dans sa cible.
Déjà, il est incontestable, si le coup n’est pas immédiatement mortel, que ça fait très mal (croyez-moi sur parole sans tenter l’expérience !). Mais si, en plus, pour être sûr de parachever son œuvre, l’agresseur s’amuse à tourner et retourner le couteau dans l’orifice ainsi ouvert dans la chair du bientôt passé de vie à trépas, cela ne fait qu’accentuer très fortement la souffrance.
Nous avons donc là une belle et sadique métaphore attestée au milieu du XIXe siècle où des paroles sont assimilées au couteau, arme aisément manipulable par tout un chacun, comme le sont les paroles vénéneuses, et l’effet très désagréable produit est comparé à la plaie qui fait souffrir.
Au final, il y a moins de sang sur la moquette et pas mort d’homme, mais la douleur psychologique est bel et bien là.

Exemple

« Au début, j’ai fait des gorges chaudes devant ses réflexions ridicules et pris plaisir à lui remuer le couteau dans la plaie en affirmant qu’il encourait seul la responsabilité de la présence indue de mobilier militaire dans son appartement. »
Aimé Baldacci – Souvenirs d’un Français d’Algérie, Volume 2 – 1984

« Remuer / tourner le couteau dans la plaie »