L’expression de la semaine : Etre fier comme Artaban

Cette semaine, nous vous proposons de découvrir l’expression : Etre fier comme Artaban.

D’une résonnance littéraire forte, cette maxime désigne un individu orgueilleux, prétentieux, arrogant, à l’image d’Artaban, personnage central du roman historique Cléopâtre, rédigé par Gautier de la Calprenède au 17ème siècle. Immense fresque historique en 12 volumes, s’étendant sur plus de 4 000 pages, cet ouvrage relate l’existence de cette reine d’Egypte.

Originaire de Gasgogne, La Calprenède épouse une carrière militaire, puis fréquente les grands cercles littéraires de son époque, parmi lesquels figurent Madame de Sévigné et Boileau. Cette dernière louait d’ailleurs dans ses ouvrages : « La beauté des sentiments, la violence des passions, la grandeur des évènements ». Héritier du genre de la pastorale, très en vogue au 17ème siècle (notamment grâce à L’Astrée d’Honoré d’Urfé), La Calprenède, quoique très admiré en son temps, tombe malheureusement dans l’oubli par la suite.

L’expression « Fier comme Artaban », très répandue depuis le siècle de Louis XIV, fut popularisée au 20ème siècle par Coluche qui parlait d’ « être fier comme un bar-tabac », ou encore « fier comme un p’tit banc ».

Nos voisins européens ont des expressions équivalentes. Tandis que les Espagnols disent « ne pas avoir de grand-mère », les Canadiens parlent d’« être fier comme un coq », et les Anglais d’ « être fier comme Punch », Punch désignant un personnage fantasque, une sorte de guignol tiré de la Comedia dell’ Arte).