Blog

L’expression de la semaine : Couper le sifflet

«Couper le sifflet »

ORIGINES

Voilà une expression qui, lorsqu’elle est apparue au XVIe siècle, avait un sens autrement plus barbare.
En effet, à cette époque, le sifflet, au figuré, désignait le gosier, cet endroit où passe la trachée-artère par laquelle on respire et qui peut siffler, pendant certaines maladies. Alors couper le sifflet n’avait d’autre signification qu’égorger, ce qui était une excellente manière d’empêcher quelqu’un de s’exprimer. Définitivement.
On trouvait aussi « serrer le sifflet » pour étrangler.
C’est au cours du XVIIIe siècle que le sens s’est fortement atténué pour devenir celui d’aujourd’hui, lorsqu’on empêche une personne de s’exprimer en raison de l’étonnement, l’indignation ou la peur qu’on lui inflige.

Exemple

« Pardieu ! s’écria Sancho, voilà ce qui s’appelle répondre. N’ajoutez plus rien, mon cher maître : vous avez coupé le sifflet à ce beau monsieur qui nous dit qu’il n’y a point de chevaliers errants, point de géants, point de fantômes. »
Miguel de Cervantes Saavedra – Don Quichotte de la Manche

«Couper le sifflet »