L’expression de la semaine : Avoir le cœur qui bat la chamade

Cette semaine, nous vous proposons de découvrir l’expression : Avoir le cœur qui bat la chamade.

Cette maxime renvoie à un état de choc intense, ressenti après une vive émotion. Métaphore de la passion, elle est, le plus souvent, éprouvée par l’amoureux transi prêt à succomber au charme de la personne désirée.
Toutefois, avant d’appartenir au langage amoureux, ce proverbe avait, à l’origine, une connotation militaire. Au 18ème siècle, lors d’une bataille, « battre la chamade » se référait à la capitulation d’un soldat souhaitant se rendre à l’ennemi. Ce dernier utilisait, pour signifier ses intentions, un tambour ou une trompette. La chamade, de l’italien médiéval « chiamada », signifiant « clameur », « appel », désignait alors le bruit retentissant qui résultait de cet instrument !

Du registre guerrier, cette maxime est ensuite passée dans le vocabulaire sentimental. Tout comme le tambour ou la trompette qui battaient à tout rompre en des temps lointains, le « cœur qui bat la chamade » se réfère à un rythme cardiaque décuplé sous l’effet d’un sentiment fort.
Cependant, contrairement au bruit du tambour synonyme de désertion et donc de fin du combat, le cœur « qui bat la chamade »  symbolise le début d’une belle aventure.

Le saviez-vous ? Les expressions françaises liées à la passion remontent à une longue tradition littéraire. Blaise Pascal, penseur et éminent philosophe du 17ème siècle, affirmait que « Le cœur a ses raisons que la Raison ne connaît point ». Que le cœur batte la chamade ou qu’il ignore la raison, ces deux proverbes font écho à des élans passionnels et à des attitudes qui ne sont pas mues par la réflexion.

Nos voisins européens ont des équivalents savoureux pour désigner « un cœur qui bat la chamade ». Les Allemands et les Anglais parlent notamment du très poétique « avoir des papillons dans le ventre ».

expression_de_la_semaine_Edilivre