Toute notre actualité


Non classé


1 mars 2017
Posté par
Edilivre

Les Talents Edilivre n°2 : Rencontre avec Catherine Mottier, gagnante du prix de l’Auteur Sans Piston 2017 !

Gagnante du Prix de l’auteur sans Piston 2017, Catherine Mottier est l’auteur de l’ouvrage Le cauchemar débute à midi. Inspiré par son métier d’architecte cet ouvrage est son premier et c’est avec Edilivre qu’elle a décidé de se lancer.

 

Visuel bannière posts + site

Bonjour Catherine, je vous remercie de m’accorder un peu de temps aujourd’hui pour ce deuxième volet des Talents Edilivre. Pour commencer, pouvez-vous nous résumer l’histoire de votre ouvrage, le cauchemar débute à midi

Jeanne, 38 ans, architecte et maman en congé parental, se consacre à ses enfants et emploie ses journées à des petits travaux de bricolage. Sa vie lui semble bien monotone jusqu’au jour où un riche client lui propose d’élaborer un projet de rénovation d’une vieille ferme abandonnée et isolée. Lors d’un premier rendez-vous de chantier, elle va faire la connaissance d’un maître d’œuvre, Gabriel, avec qui elle devra travailler en collaboration. Gabriel, passionné d’histoires mystérieuses, se révélera être un excellent conteur, il lui dévoilera le passé étrange de la ferme. Jeanne va peu à peu succomber à son charme et débuter une relation extra conjugale. Jusqu’au jour, à midi, où tout va basculer…  Et là je ne peux pas vous en dire plus.

Quelles ont été vos inspirations pour cet ouvrage qui est votre premier édité par les Editions Edilivre ?

Cette histoire m’a été inspirée par une anecdote lors d’un projet de rénovation que je dévoile seulement à la fin du roman. Celle-ci a été un véritable élément déclencheur, toutefois il ne s’agit pas d’une œuvre autobiographique. Les lieux dont je me suis inspirée sont des petits villages, des vieilles maisons de Charente maritime.

Vous avez été nommée Prix de l’auteur Sans Piston 2017, première sur 729 candidatures ! Comment se sent-on en après une telle nouvelle ?

En lisant le mail, j’ai écarquillé les yeux (je crois même l’avoir relu plusieurs fois) puis éclaté de rire. Se savoir la première est un sentiment jouissif difficilement explicable, une véritable euphorie qui a duré plusieurs jours. Savoir son travail enfin récompensé est une véritable joie et j’ai vu là l’occasion de sortir enfin de l’ombre

L’écriture a-t-elle toujours été votre passion ?

Non, à vrai dire je n’ai jamais écrit même si j’en rêvais depuis plusieurs années. Je me suis lancée dans l’écriture il y a quatre ans avec ce premier roman. J’ai écrit dans un premier temps deux petites nouvelles afin de « m’entrainer » que j’ai ensuite incluses au roman sous la forme d’histoires racontées par Gabriel.

Le cauchemar débute à midi donnera-t-il lieu à un deuxième ouvrage ? 

Il y aura effectivement un deuxième ouvrage dont j’ai débuté l’écriture il y a un peu plus d’un an. On y retrouvera le personnage de Gabriel, il s’agit d’une de ses aventures passées.

Vous avez confié dans différents articles que cet ouvrage est tiré de vos rencontres. Pourriez-vous dire que Jeanne, personnage principale, vous ressemble ?

Lorsque j’ai débuté ce roman, je n’avais pas la moindre expérience dans l’écriture, me lancer dans une telle aventure me paraissait extrêmement difficile. Je croyais à mon histoire, à mon intrigue mais je ne pouvais ignorer que celle-ci était insuffisante pour élaborer un livre, que je devais inventer plusieurs personnages. Il m’a paru plus simple de m’inspirer de mon milieu familial, comme Jeanne j’ai un mari artisan, deux enfants (lorsque j’ai débuté l’écriture, tout comme l’héroïne j’avais un enfant en bas âge). Certains personnages m’ont été inspirés par des personnages réels (mon oncle, voisins etc.) en revanche Gabriel est un personnage totalement imaginaire.

Si vous devriez décrire votre style littéraire en trois mots ?

Non conventionnel, peut-être ?

Votre ouvrage préféré ou votre auteur préféré(e) ?

Serge Brussolo. Découvrir ses romans a été une véritable révélation pour moi.

C Mottier Photo

Si votre ouvrage était une couleur, pourquoi ?

J’hésite.  Gris, l’histoire se déroule à la fin de l’automne, le temps est gris, nuageux, les arbres sont dénudés et la vieille ferme baigne souvent dans le brouillard. Rouge aussi. Les sentiments qu’inspirent Gabriel à Jeanne sont ceux de l’amour, une passion soudaine, totalement inattendue.

Enfin, avez-vous des événements à venir quant à votre ouvrage, vos futures séances de dédicaces ?

Une professionnelle (qui a aimé mon livre) tenant une maison de la presse dans une galerie marchande m’a propose une séance de dédicaces, j’ai pensé que celle-ci pourrait se faire à l’occasion de la fête des mères