Les polars venus du froid : le crime paie

Les séries policières nordiques ont pris le relais des séries allemandes à la télévision. Rayon littérature, les polars scandinaves mettent Michael Connelly et autres romanciers américains au placard.

Camilla_Läckberg_EdilivreLe succès de la littérature policière scandinave
La mode s’est transformée en tendance de fond : le polar venu du Nord fait désormais recette. Au rayon  » policier  » des librairies, les noms scandinaves noient les autres nationalités.
Chez Actes Sud, un département s’est ouvert pour accueillir les polars nordiques :  » Actes Sud Noir « . Le premier nom de cette collection est annonciateur : le suédois Stieg Larsson et sa saga Millénium. Ce succès mondial lance une mode. L’offre s’est aujourd’hui diversifiée mais les ventes sont largement dominées par un autre nom venu de Suède : Camilla Läckberg. Même tendance chez Fleuve Noir, où 1/8 des romans policiers édités sont originaires du Grand Nord.

La sobriété scandinave contre le spectaculaire américain
Le succès du polar scandinave fascine. Pourquoi remporte-t-il une telle adhésion ? Il a d’abord une particularité par rapport au thriller américain : les femmes y ont souvent le premier rôle. Autre point fort : l’auteur scandinave joue sur la sobriété quand les américains misent sur le spectaculaire. Du côté du lecteur français, le modèle social présenté dans ces romans venus du froid correspond davantage à notre société.
le_gardien_de_phare_EdilivreLa réussite de Camilla Läckberg a surfé sur la vague  » Millénium  » avant de fidéliser son public. Le succès des autres auteurs nordiques peut s’expliquer par une constante : l’évocation des problèmes sociaux à travers le personnage principal. La crise personnelle qu’il vit permettrait d’évacuer les tensions liées à celles que vit la société. Le roman policier américain, en se concentrant sur l’individu et le crime, ne met pas ce coup de pied dans la fourmilière.
Reste un risque pour les prochains auteurs scandinaves : que le code du genre devienne un système, à l’image du policier dépressif dans les polars de commissariat.
Êtes-vous adeptes du polar scandinave ?