Autour du livre


11 octobre 2013
Posté par
Flora

Les livres qui ont réussi leur passage à l’écran

Quand on est un grand roman, il n’est pas toujours évident de se reconvertir dans le cinéma. Petit panorama non exhaustif et forcément un peu subjectif de quelques-uns de ces livres qui ont su franchir le pas avec brio.

Les_livres_à_l'écran_EdilivreLe Parrain, une offre qu’on ne peut pas refuser
Une des premières adaptations les plus marquantes est incontestablement celle du livre Le Parrain de Mario Puzo par Francis Ford Coppola en 1972. Très fidèle au roman, le film s’est imposé comme un des plus grands classiques du cinéma contemporain grâce notamment à des acteurs exceptionnels (Brando, Pacino, Keaton, Duvall), occultant presque complètement l’oeuvre originale de Puzo. Autre adaptation notable des années 70, celle du roman d’Ira Levin, Rosemary’s Baby par Roman Polanski (1968).

1988, deux chefs d’œuvres pour le prix d’un
Puis viennent les années 80 et avec elles, un lot conséquent d’adaptations cultes, sinon très réussies. Parmi les plus importantes, on citera d’abord Shining, film d’horreur incontournable de Stanley Kubrick et dont le rôle principal colle encore aujourd’hui à la peau de Jack Nicholson. Puis sort Blade Runner de Ridley Scott (1982), adaptation assez libre du roman à priori anodin, Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?, de Philippe K. Dick. Mais l’essence même du livre se révèle sous la caméra de Ridley Scott, qui livre un des films les plus cultes des années 80. En 1986 sort l’excellent Le Nom de la Rose de Jean-Jacques Annaud et avec Sean Connery, tiré du roman du même nom signé Umberto Eco.

Les_livres_à_l'écran_EdilivreL’année 1988 voit la sortie de deux perles. Le tombeau des lucioles, film d’animation d’Isao Takahata et adapté du roman d’Akyuki Nosaka, récit d’un frère et de sa petite sœur, contraints malgré eux à l’errance dans le Japon de la Seconde Guerre mondiale. D’une justesse bluffante, l’animé sublime le texte original déjà très réussi, émeut autant qu’il ravit et offre un réquisitoire bouleversant contre la guerre. Un des plus beaux films consacré au deuxième conflit mondial. Autre sortie de taille en 88, celle des Liaisons dangereuses par Stephen Frears et adaptée du chef d’oeuvre français de Pierre Choderlos de Laclos. Le film de Frears a marqué les esprits et le duo Glenn Close-John Malkovich fait encore aujourd’hui autorité.

Confidentielles années 90
Plus discrètes, les années 90 ont tout de même connu d’excellentes adaptations. On citera d’abord l’angoissant Le Silence des Agneaux, adapté du livre de Thomas Harris en 1991 ou encore le culte Fight Club (1999), où Brad Pitt et Edward Norton donnent vie au texte de Chuck Pahlaniuk. En 1997, Curtis Hanson adapte au cinéma un des romans de James Ellroy (Le Dahlia Noir) : LA Confidential, publié en 1990. Cette sombre histoire de vengeance, mêlé à une enquête sordide, réunit à l’écran Kevin Spacey, Russel Crow et Guy Pearce, trois flics aux méthodes bien différentes, un trio diablement charismatique et efficace. Le livre n’a pas à rougir de la comparaison bien qu’il reste encore aujourd’hui dans l’ombre de son adaptation.

Les_livres_à_l'écran_EdilivreL’adaptation à la mode dans les années 2000
Ces « années d’or » des adaptations de romans ont connu des coups d’éclat cinématographiques. Parmi eux, Mystic River de Clint Eastwood, adapté du roman du même nom de Dennis Lehane (Shutter Island), où trois amis d’enfance se déchirent autour de la mort de la fille de l’un d’entre eux. Un film à déconseiller aux esprits sensibles mais aussi magistral que le roman. On citera également La Route, adaptation du roman The Road de Cormac McCarthy, signée John Hillcoat (2009). Photographie impeccable, ambiance étouffante, acteurs au sommet, la copie d’Hillcoat se rapproche de la perfection. Autre écran cette fois, avec la saison 1 de la série Dexter en 2006, qui adapte le roman Darkly Dreaming Dexter de Jeff Lindsay. Cette saison maîtrisée lance efficacement la série qui s’est achevée en 2013.

Les_livres_à_l'écran_EdilivreAutre petit bijou, le film Morse, sorti en 2008, est un peu passé inaperçu. Adapté du best-seller en Suède Laisse-moi entrer (Låt den rätte komma in en suédois) de John Ajvide Lindqvist, le film de Tomas Alfredson raconte la rencontre entre un petit garçon marginal de 12 ans et son étrange voisine Eli, dans un savant mélange d’angoisse et de poésie. Profitant des superbes ambiances suédoises, Morse redonne au film de vampire ses lettres de noblesse et s’apparente à un des films du genre les plus envoûtants et les plus réussis jamais réalisés. Comment également avoir pu échapper à la trilogie du Seigneur des Anneaux (2001-2003) adapté de la saga de Tolkien ou encore au très bon Casino Royale, adaptation directe du roman de Ian Fleming (2006). Un autre ouvrage de Cormac McCarthy, No Country for Old men a lui aussi fait l’objet d’une excellente adaptation en 2007 (avec un génial Javier Bardem).

Et vous, quelles adaptations de romans au cinéma avez-vous préféré ?

Article écrit avec la participation de Quentin