Rencontre avec Francis Mubuis, auteur de « Les dix erreurs historiques du Congo indépendant (1960-2016) »

Dans quelle région habitez-vous en France ? Sinon, dans
quel autre pays ?

J’habite en Belgique, plus précisément dans la ville
d’Eeklo, en Flandre Orientale.

Présentez-nous votre ouvrage.

Il s’agit d’une étude ayant pour objet de rappeler la marche
erronée qu’a connue la République Démocratique du Congo depuis son
indépendance. Ainsi, nous avons décelé dix groupes d’erreurs commises
par les acteurs politiques, de 1960 à 2016.

 

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

J’ai, en parcourant l’histoire politique et
constitutionnelle de mon pays à l’occasion d’une autre étude, pu
constater avec amertume qu’autant l’Afrique noire était mal partie
dès l’aube des indépendances, autant aussi le Congo faisait également
corps avec cette « prophétie », d’où il a fallu non seulement décrire
et analyser les faits y relatifs, mais aussi dire ce qui aurait dû
être fait, afin d’aider les acteurs actuels et futurs à ne pas
retomber dans les mêmes erreurs.

 

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?

En premier lieu, comme dit supra, aux acteurs politiques,
car c’est à eux qu’il revient d’éviter à notre pays une nouvelle
dérive, à l’instar de toutes celles constatées – et décrites – à
travers 56 ans d’histoire politique de notre cher pays ; ensuite au
commun des mortels, pour que chaque citoyen sache quelle est la
meilleure voie à suivre, eu égard aux erreurs du passé.

 

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

A travers ce livre, il est aisé de déceler un message sans
complaisance à l’égard des erreurs du passé, même quand elles ont
commises par des personnages légendaires et charismatiques ; erreurs
politiques, mais aussi historiques du fait qu’elles ont marqué la
mémoire des Congolais, de même qu’elles ont déterminé, à chaque fois,
la suite des événements, selon un cheminement dialectique.

 

Où puisez-vous votre inspiration ?

J’ai, comme dans mon premier ouvrage, plusieurs sources : ma
formation de juriste, mon expérience d’avocat, la documentation
scientifique et surtout la culture générale.

 

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

Il s’agit de mon deuxième ouvrage ; d’ici peu, paraîtra le
deuxième tome du premier ouvrage, puis un autre essai, tous à paraitre
à la Maison EDILIVRE. Par la suite, nous penserons à d’autres essais
et, pourquoi pas, à d’autres genres tels que le roman, le théâtre ou
la religion. Comme je l’ai dit précédemment, l’inspiration stimule le
talent. La question est de savoir quand et comment s’y prendre.

 

Un dernier mot pour les lecteurs ?

J’invite tous nos lecteurs à lire attentivement la relation
des faits ainsi que les erreurs y contenues, puisque, devant le
tribunal de l’Histoire, les acteurs politiques n’auront aucune excuse
s’ils répètent les mêmes erreurs que leurs prédécesseurs. Ainsi,
l’histoire politique pourrait être écrite autrement.