Autour du livre


13 mars 2017
Posté par
Flora

Les bibliothèques en péril

Les bibliothèques signifient beaucoup pour tous les amoureux de lecture. Ce sont des lieux qui réunissent des milliers d’ouvrages mais aussi des endroits calmes et confortables pour dévorer un livre. Face à des restrictions budgétaires, celles-ci sont les premières touchées.

Une première manifestation pour donner le ton
Le 20 décembre 2012, à l’appel de l’intersyndicale CGT/CFDT, 50 bibliothécaires ont manifesté devant l’établissement Marguerite Duras dans le 20ème arrondissement de Paris. Au sein de ce bâtiment  il se déroulait un séminaire des chefs d’établissements de toute la région Île de France. Les manifestants souhaitaient dénoncer le manque de moyens de ces lieux et de la difficulté qu’il en est d’assurer un service public minimum. De plus, les bibliothèques et médiathèques parisiennes de quartier semblent menacées de disparition. En effet, au cours du mois d’octobre dernier, l’adjoint à la culture à la mairie de Paris, Bruno Jaillard, évoqua une réflexion sur la fermeture de ces endroits. Une annonce qui inquiéta tous les acteurs culturels de la région parisienne. Selon Frédéric Dumas, secrétaire de section au sein de la CFDT, cette mobilisation « n’était pas une manifestation ». En effet, les chefs d’établissements qui assistaient à la réunion dans les locaux, François Brouat le directeur des affaires culturelles, la responsable du bureau des bibliothèques et de la lecture et Francis Pilon le sous-directeur de l’éducation artistique et des pratiques culturelles, étaient entièrement au courant des problèmes rencontrés par le personnel et totalement impliqués dans leur démarche. L’objectif des contestataires n’était en aucun cas de chahuter cette réunion. Ils souhaitaient effectuer un geste symbolique afin de montrer leur mécontentement.

Un manque crucial de moyens
Les employés de ces lieux culturels identifient une baisse des moyens financiers au fil des années. Malgré l’ouverture de plusieurs établissements en 2012, les postes budgétaires ont baissé. La fermeture de la bibliothèque jeunesse de l’île Saint-Louis pendant les vacances scolaires fut le déclic à cette mobilisation. Cette situation est partagée par d’autres bibliothécaires en région. Notamment en Bretagne, où les employés ont envoyé une lettre ouverte à la direction de la bibliothèque de Rennes à propos du management employé au sein de la structure et des emplois précaires. Les principales inquiétudes actuelles se concentrent sur les embauches et les effectifs. Les protagonistes du mouvement dénoncent l’augmentation des contractuels et des stagiaires qui sont certes des petites mains volontaires mais qu’il faut former et ceci pour une finalité moindre car leurs emplois ne sont pas durables. Au final, la plus grande crainte des manifestants sont
que ces lieux soient uniquement gérés par des personnes volontaires. D’autant plus que cette situation est d’actualité car en Grande-Bretagne le cas se présente déjà. Au bout bibliotheque_en_peril_Edilivred’une heure de rassemblement, les bibliothécaires sont retournés à leur poste. D’autres actions ne sont pas à exclure car par la suite, les participants souhaitent attirer l’attention des usagers afin de bénéficier d’argument de poids dans leur revendication. Et vous, pensez-vous que les bibliothèques françaises soient en danger ?