Autour du livre


28 mars 2013
Posté par
Flora

Le gouvernement à la rescousse des librairies

Pendant la présidentielle, les différents candidats avaient déjà manifesté leur volonté d’aider le secteur du livre. C’est à présent chose faite : lors de la dernière édition du Salon du Livre de Paris, Aurélie Filippetti a annoncé le versement de subventions aux libraires.

Aurélie_FIlippetti_EdilivreDifficultés du secteur et angles d’attaque
La ministre de la Culture a souligné la fragilité des librairies et l’urgence de remédier aux difficultés rencontrées. En France, où l’on recense plus de 2 500 points de vente de livres, ces mesures semblent plus que bienvenues.
Aurélie Filippetti a donc adopté des mesures-phares, à hauteur de 9 millions d’euros, pour aider les libraires. Un fond de soutien et la future nomination d’un médiateur du livre seront notamment mis en place. Ce médiateur, intervenant sur l’ensemble de la chaîne du livre, permettra de résoudre les conflits en cas de litiges, et d’éviter ainsi nombre de passages devant la justice.

Face à la progression croissante du commerce en ligne, la politique de la ministre s’inscrit directement dans le sillage des déclarations de François Hollande, qui affirmait son inquiétude face à la situation de crise rencontrée par ces commerçants. Cette dernière désire, en outre, faire respecter le prix unique des livres papier et numérique. Le directeur du site d’information ActuaLitté, appréciant particulièrement les décisions et les prises de position de la ministre, annonce d’ailleurs que « La librairie en France a aujourd’hui un problème qui n’est pas conjoncturel mais structurel ».

Les doutes planent pourtant sur cet univers
Toutefois, les incertitudes persistent quant à l’origine des finances qui permettront ces subventions. D’où viendront-elles ? Comment seront-elles gérées ? Si les mesures mises en place permettront de réduire considérablement les infractions commises à l’égard du prix unique du livre, les librairies verront-elles, pour autant, toutes leurs difficultés s’envoler ?

Parmi les principaux problèmes rencontrés,  l’augmentation des loyers en centre-ville, la concurrence des acteurs multinationaux et l’impossibilité de maîtriser les marges s’avèrent cruciaux et redoutables.librairies_Edilivre
Les librairies souffrent, en outre, de la concurrence déloyale créée par les multinationales de la vente en ligne, qui pratiquent la gratuité des frais de port, échappant ainsi à l’impôt français. Derrière les décisions d’Aurélie Filippetti, émerge, entre autres, la volonté de lutter contre la concurrence farouche du géant Amazon, qui détourne les clients des librairies physiques.

Pensez-vous que les mesures proposées par le nouveau gouvernement seront efficaces ?

Article écrit avec la participation de Camille