L’auteur de la semaine : Montesquieu

Cette semaine, nous vous proposons de découvrir l’auteur : Montesquieu

Charles Louis de Secondat de la Brève, fils du baron de Montesquieu et de la baronne de La Brède, naît le 18 janvier 1689 à La Brède, près de Bordeaux.

Il suit des études au collège d’Harcourt à Paris avant d’entamer un cursus de droit qui va le mener à devenir conseiller du Parlement de Bordeaux en 1714. L’année suivante, il épouse Jeanne de Lartigue, une protestante issue d’une riche famille, à une époque où le protestantisme est toujours interdit en France (depuis la révocation de l’Édit de Nantes en 1685). A la mort de son oncle en 1716, Montesquieu hérite d’une fortune considérable ainsi que du titre de baron de Montesquieu, et devient président à mortier du Parlement de Guyenne.

Mais il se désintéresse vite de cette charge pour s’adonner à d’autres plaisirs : botanique, anatomie, puis politique, philosophie et littérature. En 1721, il publie à Amsterdam et sous un pseudonyme les Lettres persanes, où il dépeint satiriquement la société française à travers les yeux d’un étranger perse. Il est vite démasqué et, au lieu d’être inquiété, devient rapidement célèbre.

Endetté, Montesquieu devient un habitué des salons et finit par vendre sa charge au Parlement en 1726. Deux ans plus tard, il est élu à l’Académie française (1728) et va effectuer pendant plusieurs années de nombreux séjours en Europe (Hongrie, Autriche, Italie, Allemagne,…), observant les systèmes politiques, la géographie l’économie et les mœurs des pays qu’il traverse. Concrétisant ces années de voyage, il publie en 1734 Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, qui rencontre un succès immense et devient une référence en matière de sciences sociales et économiques. En 1748, malgré l’engouement autour du livre De l’esprit des lois, des critiques s’élèvent contre Montesquieu qui, en guise de réponse, publie en 1750 Défense de l’esprit des lois. L’Église catholique interdit l’ouvrage et le consigne dans l’Index en 1751.

Cette publication va entourer Montesquieu d’une véritable aura et en faire un personnage adulé de son vivant. L’auteur poursuit ses voyages et devient président de l’Académie française en 1753. Perdant peu à peu la vue, il accepte de participer à la rédaction de l’Encyclopédie, sous la direction de Diderot et de d’Alembert. Sa réputation contribue à faire connaître l’œuvre et à lui donner du crédit. Alors qu’il a débuté la rédaction d’un article intitulé Goût (que Voltaire achèvera), Montesquieu meurt d’une fièvre le 10 février 1755, laissant derrière lui un héritage philosophique et littéraire d’une valeur considérable.

Auteur_de_la_semaine_Edilivre