Autour du livre


14 avril 2014
Posté par
Flora

L’auteur de la semaine : Primo Lévi

Cette semaine, nous vous proposons de découvrir l’auteur : Primo Lévi.

Primo Lévi naît le 31 juillet 1919 à Turin, issue d’une famille juive de la moyenne bourgeoisie. Son père Cesare, ingénieur, travaille dans une firme qui lui demande de nombreux déplacements en Hongrie, tandis que sa mère, Ester Luzzati, qui parle couramment français et joue du piano admirablement, est mère au foyer. Ses parents sont tous deux friands de livres et offrent au jeune Primo une enfance heureuse tournée vers les arts et la culture.

En 1925, Primo Lévi fait son entrée à l’école primaire mais est confronté à ses premières angoisses : chétif et mal dans sa peau, le jeune garçon est brillant en classe mais préfère être scolarisé à domicile. En septembre 1930, il entre au Gymnase Royal Massimo d’Azeglio, avec un an d’avance. Comme il est le plus jeune, le plus petit et le plus intelligent, en plus d’être le seul Juif de sa classe, Primo Lévi est très souvent malmené par ses camarades.

Bien que l’Italie soit un pays fasciste et que ce régime promulgue des lois antisémites, il n’y a pas de véritables discriminations envers les Juifs dans les années 1930. Pourtant, dix années plus tard, lorsque Primo Lévi achève ses études de chimie, son diplôme précise qu’il est « de race juive » et les lois raciales ne lui permettent pas de trouver un emploi approprié. Il part alors s’installer à Milan dans l’espoir de commencer une vie nouvelle. Là-bas, il se réunit fréquemment avec un cercle d’amis juifs turinois, écrivant poème sur poème. Dès lors, l’écriture apparaît comme seule échappatoire à son désœuvrement.

En 1943, il s’engage dans la Giustizia e Liberta (organisation antifasciste installée dans les Alpes italiennes) et se fait arrêter le 13 décembre à l’âge de 24 ans, par la milice fasciste. Il est interné au camp de Carpi-Fossoli, non loin de la frontière autrichienne. En février 1944, le camp, qui était jusque-là géré par une administration italienne, passe en mains allemandes : c’est la déportation vers Auschwitz et le début d’un cauchemar qui durera presque un an. Lévi est libéré le 27 janvier 1945, date de la libération du camp par les soviétiques.

Une fois la guerre finie, il épouse Lucia Morpugo avec qui il a deux enfants. Il semble que son talent d’écrivain lui soit venu tardivement. Mais si les déportés ont parfois honte d’évoquer ce qui leur est arrivé, Primo Levi, lui, suscite l’admiration tant il utilise toute situation pour témoigner de ce qui s’est réellement passé là-bas. Son premier roman, Si c’est un homme, est publié en 1947. Prenant la forme d’un journal de sa déportation, l’ouvrage et l’un des premiers témoignages d’Auschwitz, levant ainsi le voile sur la terreur des camps de concentration. Il écrit d’autres récits triomphants tels que La Trêve en 1963 (sous le pseudo de Damiano Malabaila), ainsi que des fictions inspirées par son expérience de chimiste comme dans Les Naufragés et Les Rescapés en 1986 qui sera son dernier livre, et le plus sombre de tous.

Primo Levi meurt le 11 avril 1987 à la suite d’une chute dans l’escalier intérieur de son immeuble. Aujourd’hui encore, les causes de son décès demeurent mystérieuses : certains estiment qu’il s’agit d’un simple accident, mais d’autres n’écartent pas la thèse du suicide.

Auteur_de_la_semaine_Edilivre