Autour du livre


Auteur_de_la_semaine_Edilivre
3 mars 2014
Posté par
Flora

L’auteur de la semaine : Alfred de Musset

Cette semaine, nous vous proposons de découvrir l’auteur : Alfred de Musset. 

Alfred de Musset naît le 11 décembre 1810 à Paris. Son père occupe la fonction de chef de bureau au ministère de la Guerre. A neuf ans, il entre au collège Henri IV où il côtoie Ferdinand Philippe, le jeune fils du duc d’Orléans Louis-Philippe Ier.

A 17 ans, Musset rencontre Paul Foucher (beau-frère de Victor Hugo) qui l’introduit dans le salon de Charles Nodier. Il s’y lie d’amitié avec Charles-Augustin Sainte-Beuve et Alfred de Vigny. En décembre 1830, à seulement 20 ans, il écrit et publie sa première pièce de théâtre, « La Nuit Vénitienne ». Mais l’accueil est désastreux et la pièce, huée par le public, est arrêtée lors de la deuxième représentation au théâtre de l’Odéon. Très affecté, le jeune auteur perd également son père, dont il était très proche, en 1832. Anéantit, il se lance à corps perdu dans l’écriture de pièces de théâtre.

En 1833, Alfred de Musset rencontre lors d’un dîner George Sand, avec qui il entretient une liaison. Leur relation houleuse – qui s’achèvera en 1835 – lui inspire une de ses plus grandes pièces, « Lorenzaccio », publiée en 1834. La même année paraît « On ne badine pas avec l’amour », l’un de ses ouvrages les plus célèbres. Autre œuvre incontournable dans la bibliographie de l’auteur, « Confession d’un enfant du siècle » est publiée en 1836, clôturant une période extrêmement productive et créative. Cette période sulfureuse de la vie de l’auteur contribue à son aura. Musset fréquente les salons, cultive son image de dandy, se fait remarquer pour ses comportements de « débauché » et multiplie les aventures. Il est peu apprécié, volontiers beau-parleur et prétentieux, clamant notamment à qui veut l’entendre qu’il est le descendant direct de Jeanne d’Arc (son ancêtre Denis de Musset avait épousé Catherine du Lys, proche parente de Charles du Lys qui prétendait être un descendant d’un des frères de la Pucelle d’Orléans).

Ses amitiés lui permettent de gagner du galon. Ferdinand-Philippequ’il a fréquenté dès les bancs de l’école, est devenu le nouveau duc d’Orléans et prince héritier au trône de France en 1830. Cette relation vaut à Musset d’être nommé bibliothécaire du ministère de l’Intérieur en 1838. Dix ans plus tard, la révolution de 1848 accouche de la Monarchie de Juillet, avec laquelle Musset n’a que peu d’affinités. Il est révoqué de sa fonction mais redeviendra bibliothécaire, du ministère de l’Instruction publique cette fois (1853). L’auteur entre à l’Académie Française en 1852, après avoir essuyé deux échecs en 1848 et 1850.

Alfred de Musset meurt quelques années plus tard de la tuberculose, le 2 mai 1857, victime de sa vie d’excès et d’une santé trop fragile. Rejeté par ses pairs du monde littéraire, il meurt dans un relatif anonymat mais son ami Vigny ainsi que des personnalités comme Prosper Mérimée, Théophile Gautier et Alphonse de Lamartine assistent à son enterrement. Aujourd’hui, Musset est considéré comme l’un des plus grands écrivains romantiques français.

Auteur_de_la_semaine_Edilivre