Toute notre actualité


Actualité Edilivre


10 juin 2013
Posté par
Flora

L’auteur à succès du mois : Timothée Lasfargues

Nous avons le plaisir de vous présenter  » L’auteur à succès du mois « , Timothée Lasfargues et son ouvrage Old Tree Valley qui s’est vendu à plusieurs centaines d’exemplaires sur l’année 2012.

Timothée_Lasfargues_Edilivre

Depuis quand écrivez-vous ?
J’ai toujours aimé écrire. J’aime raconter des histoires depuis mon plus jeune âge. A l’école, j’étais bon en rédaction alors j’ai continué. Puis, j’ai effectué des études dans une école d’audiovisuel pour écrire des scénarios.

Quel est votre passé en tant qu’auteur ? 
L’ouvrage Old Tree Valley est ma première publication. J’étais donc un novice en la matière.

Pourquoi avez-vous écrit ce livre et quelles ont été vos sources d’inspiration ?
A la base, c’était un scénario pour un jeu vidéo mais cette version n’a pas marché alors comme je tenais beaucoup à cette histoire, je l’ai transformée en roman. Ma source d’inspiration principale a été un quartier à côté de chez moi. Lorsque j’ai découvert cet endroit, je me suis demandé ce qui se passait à l’intérieur de celui-ci et voilà comme est née l’histoire d’Old Tree Valley.

Comment avez-vous connu Edilivre et pourquoi avez-vous décidé de publier chez Edilivre ?
J’ai connu Edilivre en effectuant des recherches sur internet. Envoyer son manuscrit à des éditeurs traditionnels est très cher car ils acceptent uniquement les ouvrages au format papier. Je ne voulais pas me ruiner pour cette publication. Le fait qu’Edilivre accepte uniquement les ouvrages au format numérique m’a réellement séduit. J’ai donc déposé mon manuscrit sur leur site et Edilivre a été très rapide pour répondre. J’ai donc choisi cette maison d’édition.

Pourquoi avoir choisi ce titre ?
Ce titre m’est venu très simplement. Il n’y a pas de réelle stratégie sous ce titre. Je désirais juste faire ressortir le nom de la ville où se déroule le récit. Dans ce livre, à aucun moment, ne sont cités des dates ni des lieux précis, uniquement le nom fictif de la ville. Par ce titre, je voulais isoler cette ville et accentuer la localité où tout prend racine.

Etant publié dans la collection Coup de cœur, nous vous avons offert la réalisation de la couverture, pensez-vous que celle-ci ait bénéficié au succès de votre livre ? Le succès aurait-il été le même si vous aviez eu une couverture classique ? 
J’ai été très satisfait de la couverture et j’ai eu beaucoup de retours positifs sur celle-ci. Je pense qu’elle ait contribué au succès et qu’elle a entièrement fait la différence par rapport à une couverture standard. Je trouve que celle-ci est beaucoup plus vendeuse et attirante qu’une simple couverture noire et blanche. Beaucoup de lecteurs ont apprécié cette couverture et m’ont fait part de leur avis positif.

Expliquez-nous comment avez-vous réussi à vendre plusieurs centaines d’exemplaires de votre ouvrage sur un an ?
Mon travail à la poste m’a permis d’en parler autour de moi. Je n’ai pas hésité à multiplier les actions de vente par divers moyens. J’en ai vendu par ce biais auprès de mes collègues, entourages et puis le bouche à oreille a fait le reste. J’ai également bénéficié d’articles dans la presse. De plus, j’ai créé une page Facebook dédiée à mon livre que je n’ai pas hésité à faire connaître et que j’alimente le plus possible par diverses actualités. En bref, je me suis pas mal bougé pour assurer la promotion et la diffusion de mon ouvrage.

Avez-vous mis en place des opérations de promotion ? D’où vous est venue l’idée ?
J’ai mis en place diverses opérations telles qu’un livre acheté, un carnet de timbres offert. Je me suis également rapproché du téléthon et effectué un don de 10 exemplaires de mon ouvrage auprès de cette association. Ce geste m’a permis d’être approché par des médias et donc de bénéficier de visibilité. J’ai également organisé des séances de dédicaces dans différentes librairies. De plus, pour le premier anniversaire de la parution de l’ouvrage, j’ai mis en place des animations.

Avez-vous utilisé les réseaux sociaux pour promouvoir votre ouvrage ? Comment animez-vous la page Facebook de votre ouvrage ?
J’ai ouvert une page Facebook dédiée à mon ouvrage. J’essaye de poster le plus fréquemment possible mais également de varier le contenu de cette page. Je mets en ligne des photos, des courts extraits de mon roman, le lien de la page de mon ouvrage, des actualités concernant mon livre ainsi que des citations. Je laisse également la parole à mes lecteurs afin d’échanger avec eux. Les articles dont je bénéficie dans la presse sont également cités. Afin de faire connaître ma page, je la diffuse auprès de mon entourage et mes connaissances. Mais également sur différents forums en relation avec la thématique de l’ouvrage.

Quel a été votre investissement personnel dans la promotion de votre livre ?
Je me suis beaucoup investi personnellement dans la promotion de mon livre sur les réseaux sociaux mais également sur le terrain. Je n’ai pas hésité à démarcher des libraires mais également des particuliers. Lorsque je suis en contact avec eux, je leur laisse un marque page de mon livre afin qu’il garde une trace de mon passage même si celui-ci n’est pas concluant.

Quels outils fournis par Edilivre vous ont été utiles afin de croître vos ventes ? Avez-vous utilisé des marque-pages, cartes de visites, affiches ou livres prestige ?
Les marques-pages sont réellement utiles et sont très appréciés. Lorsque je leur transmets un marque-page, je leur transmets mes coordonnées afin qu’il puisse me contacter en toute simplicité. Les gens apprécient ce support qui regroupe l’ensemble des informations de mon ouvrage et qui donne envie de le lire.

Pourquoi avez-vous choisi l’interview vidéo ? Que vous a apporté ce support de communication ? Qu’en avez-vous pensé ?
L’interview vidéo a permis à mon ouvrage de bénéficier d’un lien YouTube. C’est également un très bon support pour avoir une vidéo officielle pour communiquer sur votre livre et ainsi la diffuser sur les réseaux sociaux. Je pense qu’il est essentiel que le lecteur soit en contact avec l’auteur et le connaissent plus. C’est ce que permet cette interview vidéo. C’est un outil très important pour vos lecteurs ainsi que pour les futurs. Ce support  peut également donner envie d’acheter l’ouvrage car l’auteur les aura séduits. Mes lecteurs m’ont également fait part de bon retour.

Par quels moyens avez-vous bénéficié d’articles dans la presse ? Comment s’est déroulé le contact avec les journalistes ?
Tout simplement en les contactant par téléphone. Après l’opération de donation auprès du téléthon, certains m’ont contacté.

Vous attendiez-vous à un tel succès ?
J’ai tout fait pour trouver ce succès. Si je puis dire, je me suis donné à fond pour que mon ouvrage en soit arrivé là.

Des conseils à donner aux autres auteurs Edilivre qui lisent cette interview afin de promouvoir leur livre ?
Il vous faut avant tout avoir confiance en vous. Cet élément est essentiel si vous souhaitez communiquer sur votre ouvrage et croire en son avenir. De plus, il faut oser. Oser est le mot d’ordre si vous souhaitez avancer dans la promotion de votre ouvrage. Il ne faut pas avoir peur et y aller au culot dans certains cas. Le bouche à oreille est essentiel, il ne faut donc pas avoir peur d’en parler tout autour de vous, à l’ensemble de vos connaissances. Même si cela peut être intimidant, il vous faut oser. Les gens sont très heureux de connaître des écrivains dans leur entourage et sont très reconnaissants sur ce que vous faîtes. Pour conclure, je dirai «  Devenez votre propre ambassadeur » et bien sûr avoir toujours des exemplaires de son ouvrage sur soi, on ne sait pas ce qu’il peut nous arriver.

Quels sont vos futurs projets d’écriture ou autres ?
Depuis Old Tree Valley, j’ai édité deux autres ouvrages chez Edilivre. Actuellement, je suis en cours d’écriture de la suite de cet ouvrage. J’écris très lentement et je prends mon temps afin de livrer un ouvrage de qualité et à la hauteur des attentes de mes lecteurs. Cela me permet également d’avoir plus de recul sur celui-ci. J’ai été agréablement surpris que mes lecteurs réclament la suite.