La vérité de minuit

Par Annie Ndona

Thème : Sentimental

Format : Roman (134x204)

Nombre de pages : 122

Date de publication : 8 mars 2010

ISBN : 9782812125621

Disponible

Livre papier
13,00 €


Livre numérique : format Pdf
1,99 €

Avis des lecteurs

  • trame, texture et originalité du roman sont mises en relief

    Enfin, voici un roman comme on les aime bien : ni trop long, qui, au fil des pages, ennuierait ou lasserait son petit monde, ni trop court, qui le laisserait sur sa soif et sa faim. Ecrit principal...

  • Commentaire de ELISABETH MUKUNA

    Fantastique, cet ouvrage est purement fantastique!! Une écriture simple et fluide qui vous fera vibrer et vous subjuguera du début jusqu'à la fin. Bravo!!! Annie pour ce bel exercice!!! continue a...

  • Voir tous les commentaires

Résumé

Quatre ans après avoir quitté leur Afrique natale, loin de leurs familles respectives, trois jeunes gens tentent d'atteindre, tant bien que mal, les objectifs qu'ils s'étaient fixés en arrivant en Belgique. Mais les choses ne se passent pas comme ils en avaient rêvé, du moins pour Ana.
Alors qu'elle faisait tranquillement le tour du marché du Midi, Ana manque de bousculer deux jeunes gens qui ne semblaient pas vouloir lui céder le passage. C'est la rencontre inattendue qui va bouleverser la vie de deux d'entre eux.

Biographie de Annie Ndona

Annie NDONA Yala, née le douze octobre 1958 dans la localité de Nsanda en République Démocratique du Congo, anciennement République du Zaïre et encore plus anciennement Congo Belge. Elle est la quatrième fille d'une famille de huit enfants. Après avoir terminé l'école primaire à Kinshasa, elle a effectué ses études secondaires dans un internat du Bas Zaïre. Issue d'une famille très modeste, un des ses frères aînés qui travaillait déjà, avait pris en charge ses frais de scolarité. Ce qui lui a permis d'être la deuxième et la dernière enfant de la famille à obtenu le diplôme d'état, équivalent du baccalauréat français. Toujours avec l'aide de ce même frère, elle se retrouve en Belgique en 1979, dans le but de poursuivre ses études supérieures. A Kinshasa, elle a travaillé d'abord comme institutrice car à l'internat, elle avait abordé la section pédagogique qui prédestinait les élèves à professer dans l'enseignement primaire. En alternance, elle avait suivi des cours du soir pendant six mois pour obtenir un diplôme de secrétariat de direction. C'est pourquoi, elle a travaillé ensuite comme secrétaire caissière dans une polyclinique de la capitale. Actuellement, Annie NDONA est mariée et mère de trois filles. Elle est Aide soignante et travaille dans un hôpital de la région parisienne auprès des polyhandicapés. Ceci est son premier roman. Elle n'a jamais participé à aucun concours bien que ce livre soit écrit il y a plusieurs années.

Articles associés

Avis des lecteurs

trame, texture et originalité du roman sont mises en relief 03/06/12

Enfin, voici un roman comme on les aime bien : ni trop long, qui, au fil des pages, ennuierait ou lasserait son petit monde, ni trop court, qui le laisserait sur sa soif et sa faim. Ecrit principalement à la première personne du singulier, et accessoirement à la troisième du pluriel, ce livre expose directement sa rédactrice et ne peut prétendre à une certaine totale neutralité. Car en effet, comme c’est souvent le cas, il semble globalement traversé et imprégné, d’un bout à l’autre, par une part autobiographique non négligeable. Cet ouvrage se lit de la même manière avec laquelle il semble avoir été rédigé, à savoir d’une traite, à la vitesse, en exagérant sûrement, d’une étoile filante. On ose, à peine, songer aux éventuelles nuits blanches que l’esprit et le corps ont dû concéder lors de ce noble et délicat exercice. C’est comme si son auteure couvait depuis quelque temps, dans son âme, un magma qui l’ulcérait, et dont il fallait à tout prix rapidement se débarrasser en l’éjectant plus loin, de façon à pouvoir en guérir, avant que la chose ne prenne des proportions incontrôlables. On peut, dès lors, facilement imaginer le « ouf ! » que l’écrivaine a eu à émettre et prononcer en mettant le point final à son livre. Et en accédant, de la sorte, à un nouvel état d’âme, purifié et régénéré, au sein duquel il n’y a guère plus de place à une opposition, mais, plutôt, à une véritable sublimation, communion et réconciliation entre la romancière et sa propre histoire. Ce livre nous montre, ou nous rappelle à quel point, en terme de nos relations existentielles, il n’ y a pas que l’argent, mais également l’amour, qui constitue le nerf de la guerre. Avec en toile de fond, dans ce roman, toutes les pesanteurs de la coutume. Une coutume qui, chaque fois qu’elle est intégrée ou appliquée sans discernement, ou par pure complaisance, peut compromettre une relation amoureuse et sentimentale de manière plus ou moins lourde et irréversible. Et avec les conséquences qu’on imagine. Pour une primo-écriture destinée au public, que l'on souhaite le plus large possible, on peut affirmer et conclure, sans errer, que ce roman a peu à envier aux grands classiques littéraires qui ornent, habituellement, nos bibliothèques. Alors, on peut oser le dire avec la main sur le cœur : coup de chapeau à l'écrivaine Annie Ndona, qu'on encourage à persévérer sur cette lancée !. Oui, on est bien en présence d'un roman moderne à plus d'un égard. Primo, dans sa texture et son architecture, qui ne sont pas des plus compliquées, épargnant ainsi au lecteur de se perdre dans un dédale où tout ne serait que tortueux, et confus. Secundo, dans sa trame, d’une étonnante visibilité, qui gravite autour d’une petite poignée de personnages-clef, qu’on peut dès lors aisément compter sur le bout des doigts, identifier et mémoriser. Tertio, dans son écriture et son style, qui demeurent à la fois linéaires, spontanés et limpides comme une eau de roche. Si l’on se trouvait dans un tout autre domaine, celui de la bande dessinée, on parlerait, à coup sûr, d’une « ligne claire ». Quarto, dans son étendue, s’agissant, comme on l’a souligné d’entrée de jeu, d’un volume aux dimensions raisonnables, avec sa délicieuse centaine des pages. C’est ainsi que s’accroit, au fil des pages, le goût de continuer à lire, car, dès le début, on meurt de l’envie, n'est-ce pas?, d’appréhender et percer le mystère, qui, justement, enveloppe et habite ce dont il est question ici : « la vérité de minuit » !.

Commentaire de ELISABETH MUKUNA 14/06/11

Fantastique, cet ouvrage est purement fantastique!! Une écriture simple et fluide qui vous fera vibrer et vous subjuguera du début jusqu'à la fin. Bravo!!! Annie pour ce bel exercice!!! continue ainsi pour tes prochains ouvrages!!!! Un vocabulaire accessible à tous mais tellement sincère et profond que nul ne peut rester indifférent. Continue à nous éclairer sur le bonheur que nous avons tendance à laisser filer au profit de notre lâcheté!!!! Bravo encore très chère!!!!

Informations sur l'ouvrage

Collection Classique
Date de publication 8 mars 2010
Nom La vérité de minuit
Langue Français
Auteur Annie Ndona
Pas d'extrait sur site N/A

Livre papier

Nombre de pages 122
ISBN 9782812125621

Livre PDF

Nombre de pages 122
ISBN 9782812125621

Mots clés

D'autres personnes ont marqué ce produit avec ces mots clés :

Utilisez un espace pour separer vos mots clés. Utilisez l'apostrophe (') pour rédiger une phrase.