La 4ème de couverture, mode d’emploi

Vous avez composé un roman, une pièce de théâtre, un recueil de poèmes mais ne parvenez pas à rédiger un résumé faisant l’objet d’une 4ème de couverture exaltante. Suivez ces judicieux conseils.

4ème_couverture_EdilivreLes ingrédients d’une 4ème de couverture réussie
« Faire court » s’impose comme le maître-mot, car un bon résumé, tout en visant l’exhaustivité, doit piquer la curiosité du lecteur sans toutefois l’ennuyer. Mieux vaut donc rédiger tout d’un bloc, sans inter-titres ni sous-titres, en un paragraphe de 150 mots qui retracera parfaitement l’essence de l’oeuvre originale. Pour viser la clarté et la précision, il convient d’utiliser la 3ème personne, les temps du présent. Ceux-ci permettent, en effet, d’« actualiser » l’intrigue et de la rendre plus « vivante ».

Les termes du résumé doivent faire écho au contenu du livre et au style de son auteur. N’omettez pas ensuite les destinataires de cette 4ème. Si celle-ci s’adresse avant tout à un potentiel lecteur, elle vise également les médias chargés de diffuser l’oeuvre. Elle concerne donc à la fois à un public spécialisé, susceptible de lire l’ouvrage mais aussi un public plus large. Survient enfin la question de l’identité de l’auteur de la 4ème de couverture. Tandis que certains pensent que la rédaction de celle-ci revient de droit à l’auteur, d’autres revendiquent la légitimité de l’éditeur dans l’élaboration de ce résumé.

Un mot d’ordre, « Créer le désir »
L’alchimie résultant d’une bonne 4ème de couverture reste difficile à trouver tant elle La_4ème_de_couverture_mode_d'emploi_Edilivreéchappe aux lois du marketing. Des études avérées ont cependant dressé un « portrait-type » de l’attitude du potentiel lecteur-acheteur. Généralement, après avoir repéré l’oeuvre de son choix, celui-ci jette un coup d’oeil furtif à la couverture avant de retourner le livre et de parcourir son résumé. Celui-ci joue donc un rôle décisif dans l’achat final.

Attention toutefois, car une 4ème de couverture respectable doit ressembler au livre et
refléter son intrigue. Il ne s’agit donc, en aucun cas, de tromper le lecteur par le biais d’une accroche mensongère qui le conduirait ensuite à la déception lors de la lecture de l’ouvrage. Par ailleurs, il vous est vivement conseillé de faire participer vos proches à l’écriture de ce résumé afin de bénéficier d’un regard extérieur sur votre ouvrage.

Avez-vous déjà été confronté à la rédaction d’une 4ème de couverture ? L’avez-vous écrite vous-même ?