Jacques ADRIEN dans Centre presse pour son ouvrage « De galeries en galères »

 

 

 

 

 

 

Retrouver le deuxième article sur La nouvelle république.fr en cliquant ici

 

A-propos du livre:

La poésie n’a de sens, que lorsqu’elle peint le monde, mais pour ce poète, tel un vieux cheval de course, les œillères vissées sur la tête et des douleurs pleins les articulations, la plume ne coule plus.

De belles choses se produisent pourtant sous ses yeux, il les voit, mais ne les regarde plus. Il a perdu cette envie, insaisissable et compulsive d’écrire… de décrire la vie.

Et voilà qu’un jour, d’apparence ordinaire, une petite voix lui suggère un remède :

« Ouvre les yeux, et plonge dans la galerie du monde ;

 musée à ciel ouvert. »

Il écoute. Il observe. Il s’insurge. Parfois aussi, il aime. Et surtout, il écrit de nouveau. Lui, qui se pensait à l’aube de la mort, est touché par la bonté. La mérite-t-il ? Qu’importe, elle offre et il prend. Comme lui, nous souhaiterons tous, une seconde naissance.

 

 

 

 


Commentaires