Tag Archives: interview auteur

Articles 1 à 3 sur un total de 139

Page :
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. ...
  7. 47
  • L'auteur à succès de février

    Chaque mois nous nommons "L'auteur à succès" : un auteur qui s'est démarqué par le nombre de ventes d'un de ses ouvrages.

    Nous avons donc le plaisir de vous présenter l'auteur à succès du mois de février : Florian Mastroserio et son ouvrage "M.E.U.R.T.R.E.S Tome 1 Un crime trop parfait", qui s'est vendu à beaucoup d'exemplaires.

    Capture florian mastroserio

    Quand et comment vous êtes-vous mis à l’écriture ?
    Cet été, lors de mes vacances en Espagne.

    Combien de temps vous prend l’écriture d’un ouvrage ?
    L’écriture de ce premier tome a duré environ un mois.

    Qu’avez-vous écrit et publié jusqu’à maintenant ?
    Pour l’instant, n’ayant que quatorze ans, je n’ai publié qu’un ouvrage. Le deuxième tome est cependant en phase de finalisation.

    Pourquoi avez-vous écrit ces livres et quelles ont été vos sources d’inspiration ?
    Je m’y suis mis parce que j’ai voulu écrire le roman que je rêvais de lire. C’est-à-dire un roman policier, pour adolescents, à huis clos. Je n’ai pas vraiment de sources d’inspiration, bien que mes auteures de prédilection, Agatha Christie et Joanne Rowling, m’ont sûrement influencé d’une manière ou d’une autre.

    Comment avez-vous connu Edilivre et pourquoi avez-vous décidé de publier chez Edilivre ?
    Nous étions totalement étrangers au monde de l’édition. Alors, quand j’ai voulu entreprendre des démarches éditoriales, nous nous sommes tournés sur les maisons d’édition proposées par le Web. Les services d’Edilivre nous ont tout de suite convaincus et j’ai tenté ma chance.

    Pourquoi avoir choisi le service « couverture personnalisée » pour chacun de vos ouvrages ? Qu'a-t-il apporté ?
    Je pense qu’une couverture tape-à-l’œil est un atout essentiel à la promotion d’un roman. Moi-même, quand j’entre dans une librairie, mon attention se porte vers les couvertures les plus recherchées. De plus, bien avant d’avoir fini mon roman, je visualisai déjà la couverture comme elle l’est maintenant : c’est exactement ce que je voulais.

    Vous vendez beaucoup d'exemplaires par an depuis votre inscription chez Edilivre, quel est votre secret ?
    Je pense que, en raison de mon jeune âge, à savoir quatorze ans, les personnes sont curieuses de savoir ce qu’un adolescent pourrait produire. Il ne faut pas oublier que nous nous investissons beaucoup dans la vente de mon roman.

    Comment faites-vous la promotion de vos livres (amis, médias, événements, blogs, forums, réseaux sociaux…) ?
    Les réseaux sociaux, bien évidemment, m’ont permis de vendre beaucoup de livres. Une fois de plus, c’est mon âge qui intrigue le plus les gens. Les librairies de ma région commercialisent également mon ouvrage. Mes parents, ma famille et mes amis m’ont également permis de vendre des romans à leurs connaissances. De plus, le bouche-à-oreille fait beaucoup. Je n’ai pas de recette miracle, je pense simplement que le fait que je sois particulièrement jeune est le secret de mes ventes.

    Quels sont vos projets d’écriture à venir ?
    Mon deuxième tome, La mort sur rendez-vous, est pratiquement achevé. Les personnages principaux seront toujours Scott et Tom, cependant l’intrigue sera différente.

    Pouvez-vous donner 3 conseils que vous pourriez donner aux auteurs Edilivre pour les aider à écrire et à promouvoir leur livre ?

    • Tout d’abord, il faut tenter sa chance et ne jamais se dire « mon livre ne sera pas accepté. » Il y a huit mois de cela, alors que j’écrivais face à la mer, j’étais loin de me douter que mes « quelques chapitres » se concrétiseraient pour finalement aboutir à un livre !
    • Ensuite, je pense qu’il faut beaucoup d’investigation. Promouvoir un roman, ce n’est pas une chose facile. Cela demande du temps, de l’aide et du soutien. Après, tout dépend de l’importance que vous accordez à la promotion de votre roman. En ce qui me concerne, j’essaie de vendre le plus de livres possible et je ne rate pas une occasion de faire de la publicité !
    • Commander des livres et vendez-les dans vos alentours. Parlez de votre roman autour de vous, contactez la presse locale, …

  • L'auteur à succès du mois de septembre : Camille Marsiglia

    Chaque mois nous nommons "L'auteur à succès" : un auteur qui s'est démarqué par le nombre de ventes d'un de ses ouvrages.

    Nous avons donc le plaisir de vous présenter Camille Marsiglia et son ouvrage "Le livre clandestin", qui s'est vendu à beaucoup d'exemplaires.

    Capture1

     

    Quand et comment vous êtes-vous mis à l’écriture ?
    J’ai commencé à écrire à 18 ans. Ma mère m’a parlé du concept du Bookcrossing et cela m’a immédiatement interpellé. J’entamais alors ma première année de Lettres Modernes alors cela m’a d’autant plus incité à écrire l’histoire qui commençait tout doucement à se dessiner dans mon esprit et hantait mes jours et mes nuits.

    Combien de temps vous prend l’écriture d’un ouvrage ?
    Avec mes études, j’ai eu du mal à trouver du temps pour clôturer Le Livre Clandestin. Il m’a fallu deux ans d’écriture et trois de plus pour la réécriture.
    Je suis actuellement en train de rédiger mon second roman et ma réécriture s’achève au bout de deux ans, cette fois.

    Qu’avez-vous écrit et publié jusqu’à aujourd’hui ?
    Le Livre Clandestin est mon seul ouvrage publié pour l’instant.
    Enfant, je m’amusais à rédiger le journal local de mon village ou encore de petites histoires que j’aimais dactylographier alors que les ordinateurs commençaient de plus en plus à se répandre dans les foyers.
    Je suis sur le point de terminer mon deuxième roman.

    Pourquoi avez-vous écrit ce livre et quelles ont été vos sources d’inspiration ?
    C’est comme une démangeaison : lorsqu’une histoire ou une idée me vient à l’esprit, il faut que je l’écrive vite. J’aime cultiver mon imagination, regarder les gens autour de moi, m’inspirer des témoignages qui me sont contés, écouter des conversations qui ont lieu juste à côté de moi. J’adore essayé d’imaginer la vie de personnes que je ne fais que croiser. Je me plais à parler de ma ville (Amiens) mais aussi à faire prospérer la culture et la lecture.

    Comment avez-vous connu Edilivre et pourquoi avez-vous décidé de publier chez Edilivre ?
    J’ai connu Édilivre grâce à un concours organisé par « My Little Book Club » qui proposait aux personnes ayant un roman sous le coude pas encore publié de le leur envoyer et j’ai gagné : Édilivre m’a ainsi offert ma publication ainsi que le pack numérique et le référencement auprès des libraires présents sur la toile.

    Pourquoi avoir choisi le service « couverture personnalisée » pour votre ouvrage ? Qu'a-t-il apporté ?
    J’avais une idée bien précise de ce que je rêvais d’avoir sur ma photo de couverture si mon roman avait la chance d’être un jour publié : une illustration qui représente un moment important du livre. Je trouve qu’il symbolise et résume très bien l’histoire de façon globale. J’ai pensé attiser la curiosité des lecteurs potentiels car ils pouvaient aisément reconnaître un lieu amiénois très connu.

    Vous vendez beaucoup d'exemplaires depuis votre inscription chez Edilivre, quel est votre secret ?
    Je reste lucide en me disant que la plupart de mes lecteurs ont été mes connaissances qui ont ensuite fait part du livre aux leurs, etc. C’est de cette manière que tout le monde débute et cela dans tous les milieux ! Ensuite, j’ai eu l’opportunité d’apparaître sur le journal quotidien de ma ville et de ses alentours « Le Courrier Picard » mais aussi bientôt dans le « JDA » et enfin dans le magazine « Style & Co ».

    Comment faites-vous la promotion de votre livre (amis, médias, événements, blogs, forums, réseaux sociaux…) ?
    Comme dit précédemment, des journaux ou magazines locaux se sont intéressés à mon livre en grande partie parce que l’histoire se passait à Amiens, j’ai démarché trois librairies qui font partie des plus réputées de ma ville où mon livre est maintenant en vente, ma grand-mère et ma mère possédant un commerce à Amiens elles le proposent à leurs clients, mes proches et amis ont partagé (via les réseaux sociaux) la sortie de mon livre, j’ai aussi cultivé le thème principal de mon livre (le Bookcrossing) en situation réelle : j’ai déposé un exemplaire de mon livre dans une Boîte à Lire mais aussi laissé un autre sur le même banc que celui de la couverture en observant la personne qui allait s’en emparer. J’ai publié sur Facebook et sur Instagram ces deux dernières expériences.

    Quels sont vos projets d’écriture à venir ?
    Je finis donc d’écrire mon second livre et j’ai déjà plein d’idées pour le troisième, quatrième, etc. Je ne souhaite pas forcément écrire des suites mais j’ai l’idée de continuer à faire vivre mes précédents personnages dans mes futurs romans afin que mes lecteurs sachent ce qu’ils sont devenus.

    Pouvez-vous donner 3 conseils que vous pourriez donner aux auteurs Edilivre pour les aider à écrire et à promouvoir leur livre ?
    - Toujours avoir un calepin pour noter les idées qui vous viennent à l’esprit à n’importe quel moment.
    - Penser à ce que vos lecteurs pourraient attendre de vous et de votre livre en fonction du genre littéraire que vous proposez : pour débuter, pourquoi ne pas se cantonner à votre ville ou votre région et faire votre publicité en fonction des lieux que ses habitants connaissent ?
    - Se demander comment continuer à captiver vos lecteurs dans vos prochains livres : qu’ont-ils aimé dans les précédents ? Qu’aimeraient-ils y retrouver ? Que souhaiteraient-ils voir changer, évoluer ou y trouver cette fois-ci ?

     

    • Le Livre clandestin

      De Camille Marsiglia

      Le Livre clandestin

      De Camille Marsiglia

      « Et si un livre changeait le cours de votre vie ? » Élisabeth et Marcelle, pimpante septuagénaire, se rencontrent pour la première fois dans un parc amiénois et plus rien ne sera jamais comme avant. Marcelle laisse derrière elle un mystérieux livre dont la lecture bouleversera Élisabeth : viol...

      Thème : Roman psychologique


  • L'auteur à succès du mois d'août : Magali Déa-Feschotte

    Nous avons le plaisir de vous présenter "L'auteur à succès du mois", Magali Déa-Feschotte et son ouvrage "Heureux qui, comme Agathe..." qui s'est vendu en grande quantité.

    Capture3

    Quand et comment vous êtes-vous mise à l’écriture ?

    Très jeune, en m’exerçant à la poésie. J’avais 7 ans ½ quand j’ai voulu écrire un poème, pour la fête des mères, à la femme qui, institutrice à la campagne, m’avait adoptée un an auparavant. Cette dernière, surprise par une telle tentative, et après s’être assurée que ces quelques vers étaient bien de mon cru, m’a alors offert mon premier dictionnaire de rimes.

    Comment de temps vous prend l’écriture d’un ouvrage ?
    En principe, je compte environ huit mois pour le premier jet d’un roman, et environ six mois pour le peaufiner jusqu’à le rendre le plus intelligible possible.

    Qu’avez-vous écrit et publié jusqu’aujourd’hui ?
    Deux romans : “Un pas vers l’été“ chez Denoël en mars 1990 et “Heureux qui, comme Agathe…“ chez Edilivre le 24 décembre 2015.

    J’ai également écrit de nombreuses chansons avec notamment Francis Lai, Henri Salvador et dernièrement avec de jeunes compositeurs. En septembre, Catherine Falgayrac, une interprète, va sortir un album sur lequel je devrais avoir trois titres (dont l’adaptation de “Never, Never“, chanson qu’interprète Shirley Bassey).

    Pourquoi avez-vous écrit ces livres et quelles ont été vos sources d’inspiration ?
    L’écriture a toujours représenté et représente encore pour moi le meilleur moyen de bien gérer mes émotions. Les maîtriser grâce à la plume, me permet de les vivre pleinement, quelles qu’elles soient, sans me laisser submerger par elles.

    Je pars toujours de faits réels qui m’ont concernée ou du moins marquée… Puis, rien ne me plaît plus que de les laisser ensuite continuer leur vie au gré de mon imagination, et de mélanger ainsi, et avec bonheur, rêve et réalité.

    Comment avez-vous connu Edilivre et pourquoi avez-vous décidé de publier chez Edilivre ?
    C’est une amie qui un jour a entendu à une émission de radio quelqu’un parler d’Edilivre. Quand je lui ai rétorqué que c’était une édition à compte d’auteur et qu’il n’était pas question que je paie quelques milliers d’euros, alors que j’avais déjà été éditée chez Denoël, elle m’a répondu qu’il existait un vrai département éditorial et que s’il y avait également des options payantes, je n’étais pas obligée de les prendre si mon manuscrit était correctement écrit et corrigé. Sachant que le métier avait beaucoup changé et qu’il serait sans doute très difficile de trouver un éditeur sans une introduction, j’ai donc opté pour cette solution.

    Pourquoi avoir choisi le service « couverture personnalisée » pour votre ouvrage ? Qu'a-il apporté ?
    J’avais préparé moi-même une photo de couverture à partir d’un dessin que j’avais effectué sous Photoshop mais qui, de toute évidence, était inexploitable. Alors j’ai pris ce service pour qu’on me fasse des suggestions et j’avoue que la première qui m’a été faite m’a parfaitement convenu. Je n’en ai récolté d’ailleurs, par la suite, que des éloges.

    Vous vendez beaucoup d'exemplaires par an depuis votre inscription chez Edilivre, quel est votre secret ?
    J’ignore si les ventes seront réellement conséquentes. Pour l’instant, même si elles sont encore modestes, je suis néanmoins satisfaite des retours obtenus à ce jour sur “Heureux qui, comme Agathe…“ Je ne m’attendais pas à me voir complimenter pour avoir pris le risque de mélanger, pour la première fois, prose et poésie.

    Comment faites-vous la promotion de vos livres (amis, médias, événements, blogs, forums, réseaux sociaux…) ?
    Les amis, bien sûr, Facebook, quelques événements régionaux et quelques relations qui ont aimé ce roman et qui prennent des contacts, notamment pour que je puisse par la suite bénéficier d’une couverture plus nationale.

    Quels sont vos projets d’écriture à venir ?
    Je suis en train de mettre une dernière touche à un nouveau roman dont la narratrice est une petite chienne qui critique, avec gentillesse et beaucoup d’humour, le monde des humains en général, et sa maîtresse en particulier.

    Pouvez-vous donner 3 conseils aux auteurs Edilivre pour les aider à écrire et à promouvoir leur livre ?
    Il est très difficile de donner des conseils, mais si je devais encourager quelqu’un, je lui dirais :

    - qu’écrire est un formidable exutoire qui soulage de toutes sortes de maux, jusqu’à suppléer parfois une psychanalyse beaucoup plus onéreuse,

    - qu’éditer symbolise la cerise sur le gâteau et que palper le fruit de tout ce qui est sorti de soi procure une satisfaction et une fierté incommensurables,

    - qu’un roman peut se promouvoir, par les réseaux sociaux, par le bouche à oreille mais aussi par des rencontres inopinées, aussi longtemps que son auteur se sent l’envie et le courage de le défendre.

     

    • Heureux qui, comme Agathe...

      De Magali Déa-Feschotte

      Heureux qui, comme Agathe...

      De Magali Déa-Feschotte

      Quand une dame de 90 ans décide, après un incident de santé, de se rassurer en choisissant de couler le reste de ses jours dans une maison de retraite, n’allez surtout pas croire qu’elle baisse les bras ! Pas du tout ! Quelque peu originale et d’un optimisme à tous crins, Agathe va révolutionner...

      Thème : Sentimental


Articles 1 à 3 sur un total de 139

Page :
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. ...
  7. 47