Rencontre avec FOUSSENI TOGOLA, auteur de « COMMENT SAUVER L’AFRIQUE ? »

Exif_JPEG_420Présentez-nous votre ouvrage

Merci infiniment à tous les personnels de la maison d’édition Edilivre pour leur
accueil et de m’avoir permis de rentrer dans l’histoire mondiale en acceptant mon livre à la publication et m’accordant cette interview. Ce livre peut être divisé en deux grandes parties : d’abord, une analyse des causes du sous-développement de l’Afrique. Ensuite, une proposition de pistes de sortie de crises pour l’Afrique.

Dans un premier temps, ce livre cherche à comprendre les raisons qui expliquent la traine de l’Afrique en matière de développement. A cet effet, il retient essentiellement comme cause première la colonisation à cause de laquelle les Africains ont perdu plusieurs bras valides, mais aussi beaucoup de richesses du continent furent déportées. Ce phénomène de la colonisation a ralentis le mouvement du continent.

En outre de cet aspect, le livre souligne également la problématique des guerres qui sévissent présentement sur le continent ; des guerres que je qualifie de guerres terroristes et non djihadistes puisqu’il ne doit plus y avoir de djihad après le prophète Mahomet. Alors, ces guerres sont volontairement organisées sur le continent afin de piller ses richesses. Ces guerres sont des guerres impérialistes.

Apres cela, il est question de l’extraversion des richesses africaines à savoir surtout les richesses de son sous-sol. Je montre clairement à travers des chiffres tirés de l’actualité qu’en matière de production des richesses minières, le continent africain gagne peu. Pour justifier mes propos, je prends l’exemple sur mon pays, le Mali, où je constate que ce pays ne gagne que 20% ou 18% dans ses productions de mine d’or.

Ensuite, j’évoque le problème de l’éducation. A ce niveau, je pars de tous les problèmes auxquels les systèmes éducatifs africains sont confrontés et plus précisément celui du Mali. De là, mon constat montre que ces problèmes sont une résultante de systèmes éducatifs complètement extravertis mais aussi d’une démission des parents d’élève. Ce qui explique l’indécence des habillements des enfants, jeunes filles aussi bien que jeunes garçons. C’est dans cette mesure que je signale le fait que les Africains soient victimes d’une colonisation mentale.

Enfin, j’aborde le problème du Franc CFA. Je trouve que cette devise vise essentiellement à engloutir toutes les richesses du continent puisque l’Afrique perd énormément lors de ses échanges et du payement de ses dettes.

Cependant, pour donner à l’Afrique le développement souhaité, je préconise une fédération de tous les pays d’Afrique. Ils doivent tous s’unir afin de former les « Etats-Unis d’Afrique » à l’instar des Etats-Unis d’Amérique. Cela constitue un moyen efficace pour contrecarrer les effets de la nouvelle forme de colonisation voire accéder à une véritable indépendance de tous les Etats africains.

Ce fédéralisme rendra possible la création d’une monnaie commune africaine, d’un système éducatif dont le contenu sera essentiellement orienté vers les réalités Africaines. Bref, elle évitera toutes les formes d’extraversion des richesses du continent.

Par ailleurs, je trouve qu’il faut nécessairement une décolonisation des esprits. Cela se fait à travers l’éducation. Les jeunes doivent comprendre qu’ils ont des valeurs propres qu’ils ne doivent jamais oublier s’ils veulent participer à la « Civilisation de l’Universel. »

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Ce livre se veut une aide aux étudiants Africains et surtout maliens qui veulent traiter
la thématique du terrorisme. J’ai constaté un manque immense de document sur ce phénomène du terrorisme au Mali, alors je me suis dit que c’est une occasion à saisir pour rentrer dans l’histoire. Certes, Serge Daniel a fait des écrits, trois livres, mais un seul auteur ne peut jamais servir de bibliographie dans un travail scientifique. Ce livre est alors ma contribution à la culture scientifique mondiale, africaine mais aussi et surtout malienne dans les domaines académiques, politiques et sociaux.

A quel lecteur s’adresse votre livre ?

Ce livre est un appel à tous les Africains pour un changement de comportement afin de
redonner à cette partie du monde un souffle nouveau. Il constitue un essai d’analyse des situations qui prévalent présentement sur le continent et surtout le problème du terrorisme que beaucoup confonde au djihadisme. Pour répondre plus explicitement à votre question, ce livre s’adresse à tous les acteurs politiques, à tous les décideurs politiques sur le plan national qu’international. Enfin, il se veut une aide à tous les étudiants désireux travaillés sur la thématique du terrorisme. Il s’adresse alors à tous les milieux académiques, universitaires et politiques.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

Ce livre est une dénonciation des injustices auxquelles le continent africain est victime, mais aussi à travers ce livre je demande à tous les Africains de s’unir pour rester forte. Car comme on le dit, seule l’union fait la force. Alors, nous devons rester unis pour relever le défi à savoir le sous-développement du continent. Tout ce qui manque aux Africains, c’est une organisation forte. Il faut que tous ses Etats se fédèrent.

Où puisiez-vous votre inspiration ?

L’écriture a toujours été ce ma passion ; j’ai toujours aimé écrire et cela depuis au fondamental. Cette passion s’est aggravée lorsque je suis rentré en contact avec les philosophes à l’université. Voyant que tous ceux-ci ont écrit plus des quarantaines de livres, alors, je me suis décidé de devenir comme eux un jour. Par ailleurs, il faut quand même reconnaitre que l’auteur qui m’a le plus influencé fut Karl Raimund Popper, un philosophe anglais, de part sa lecture mais aussi ses nombreux écrits. Ainsi, j’ai commencé par créer un blog (http://foustogola.wordpress.com) pour ensuite me retrouver dans le métier d’écrivain.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

Je ne compte pas m’arrêter là dans mon projet d’écriture. Beaucoup d’autres
problématiques philosophiques, scientifiques restent en vue. Mais comme vous le savez le travail intellectuel est assez ardu ; ça demande plusieurs trucs à la fois.
Tout compte fait, je suis d’ores et déjà sur une étude comparative entre la pensée
épistémologique de Karl Popper et celle de Gaston Bachelard. Ce rapprochement est très rare dans l’histoire de la connaissance scientifique. Les deux auteurs ne s’étant jamais connu explicitement gardent des points de similitude qui peuvent nous surprendre. Je compte terminer ce travail d’ici le mois d’Octobre.

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Tout le travail, tous les efforts que je fournis sont faits pour les lecteurs. Je ne suis rien
sans ceux-ci. Alors, j’ai besoin de leur concours d’abord en achetant ce livre et en l’exploitant judicieusement parce que le combat d’une « Afrique Nouvelle » n’est pas un combat d’un seul jour mais de tous les jours. A cet effet, ce livre peut servir de théorie pour cette aspiration. Ensuite je demande à mes lecteurs de bien vouloir s’abonner sur mes blogs pour permettre une discussion directe :
http://foustogola.wordpress.com
http://jeunemalien.blogspot.com
http://ecrirescientifique.over-blog.com
http://lewebpedagogique.com/togola12/

  • Comment sauver l'Afrique ?

    De Fousseni Togola

    Comment sauver l'Afrique ?

    De Fousseni Togola

    L'Afrique regorge d'innombrables richesses naturelles et produites, mais malgré tout ce continent reste en proie au sous-développement et à maints autres problèmes dus à l'exploitation ou à la colonisation. Celle-ci a effectué sur les Africains un lavage de cerveau en leur faisant croire qu'ils n...

    Thème : Philosophie / Sociologie


Cet article a été posté dans Rencontre avec..., Interview écrite Mots-clés interview écrite, COMMENT SAUVER L’AFRIQUE ?, Rencontre avec FOUSSENI TOGOLA

Commentaires