Rencontre avec Egilon Walther, auteur de «Les Instants d’infini».

Egilon Walther_edilivrePrésentez-nous votre ouvrage

« Les Instants d’infini » est un recueil de 48 poèmes comprenant quatre illustrations de mon propre cru. Cet ouvrage représente deux années de ma vie, chacune sous une différente inspiration (ce qui a donné lieu aux deux parties qui composent l’œuvre), celles où l’on découvre la vie, celles où l’on se découvre soi-même. Ce recueil livre donc au lecteur de nombreuses réflexions sur le temps, l’amour, l’art, la vie et la mort, la nature ; sur l’Homme. Ce recueil, très hétérogène, rassemble un grand nombre de thèmes et de styles, ce qui m’a conduit à la découverte de mon propre art poétique. Une grande partie des 48 poèmes est rédigée dans un style néoclassique ; un style que je définirais par les mots suivants : encouragé par le parfum du passé, l’avenir est fait de nuances. Les jeux sur les mots, les pieds, les rimes, les sons y sont très signifiants. La plupart des titres ont pour vocation de forcer le lecteur à relire le poème d’une autre façon. Je considère d’ailleurs que c’est le titre qui doit donner sa dimension au poème. Le poème lui-même doit être léger, plein de nuances, presque soufflé, mais compréhensible ; il doit être court mais complet.

Dans les deux poèmes d’introduction du recueil, je définis d’abord le poète puis le poème ; de sorte que tout ce que je viens de dire, s’y retrouve, et qu’une définition de ce qu’un « instant d’infini » pourrait être apparaisse.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Je n’avais pas commencé à écrire ces poèmes dans l’optique de les publier ; mais plutôt dans l’optique d’une catharsis. Comme pour de nombreuses personnes, cette histoire d’écriture a débuté avec un chagrin d’amour ; c’est pourquoi beaucoup des poèmes de la première partie sont dédiés à ce thème. Cette première partie représente une année de ma vie, où, à travers ce chagrin, j’ai découvert d’immenses vérités sur moi, sur la vie, et sur mes passions. Ce fut pour moi, curieusement, une année d’émancipation, de libération (et ceci, sans doute, grâce  au cursus littéraire dans lequel je me suis engagé, et au professeur de français passionné qui a su m’y donner goût). Je me suis défait de ce chagrin et je me suis fait à qui je suis. Je me suis alors rendu compte que j’étais fier de certains poèmes, notamment « L’espoir », que je considère comme mon premier poème réussi. C’est ainsi que je me suis mis en tête d’écrire un recueil et comme l’inspiration se faisait de plus en plus présente, je n’y ai eu aucun mal. Commence alors la deuxième année de l’écriture du recueil : la deuxième partie. Après une année mouvementée, en levée, j’ai rallié un certain calme, un temps de réflexion, d’acceptation, et un nouvel amour florissant. Ma poésie s’est retrouvée être au service de mes idées et de mes conceptions artistiques.

Finalement, ce recueil raconte deux années de mon existence… et si le lecteur est habile, il pourra retracer mon évolution spirituelle, raconter son histoire.

Alors pourquoi avoir écrit ce recueil ? Par amour ? Par envie de s’exprimer ? Par passion ? Je ne le sais pas moi-même ; à vous d’en juger. Tous ces évènements se sont entremêlés pour former ce recueil.

 À quel lecteur s'adresse votre ouvrage ?

Cet ouvrage s’adresse à tous ceux qui commencent à comprendre, à découvrir la vie, et par conséquent aussi la mort, mais aussi à ceux qui les ont déjà comprises. (Le paradoxe de vérité entre mort et vie est un thème que j’explore dans de nombreux poèmes comme « La vie et la mort » ou « L’entrelacs », et bien d’autres encore…). Je ne veux pas être l’artiste compris par l’élite. Je souhaite que chacun puisse se reconnaître, s’identifier à ces poèmes, pour en découvrir plus sur soi, plus sur la vie ; pour s’introspecter. Car chaque Homme a ses moments de poésie ; le poète est seulement celui qui réussit à les définir, à les coucher sur le papier – mais aussi, je l’avoue, celui qui connaît ses instants d’infini plus souvent que la plupart des gens. Cette introspection, c’est exactement ce dont il est question dans le petit poème « L’étranger ». A ce titre, chacun est en droit de comprendre la poésie.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

Il n’y a pas de message particulier dans ce livre (contrairement à mes futurs projets), si ce n’est une incitation à l’introspection, à la réflexion. Bien entendu chaque poème a son message, mais il n’y a pas de « message commun ». Il y en a une multitude de petits, qui n’attendent qu’à être débusqués, cachés dans les poèmes comme dans des buissons. Toutefois si chaque poème a son sens, son idée, son message, l’interprétation doit rester propre à chaque lecteur.

Où puisez-vous votre inspiration ?

Où ai-je puisé mon inspiration ? Dans la vie quotidienne, dans mon expérience personnelle, je suppose… Mais je pense, comme le disent certains, que le poème s’impose de lui-même au poète. Il y a, pour chacun de mes poèmes, comme une image précise et vaporeuse qui flotte dans mon esprit, que je n’ai jamais vue, et que je semble revoir à chaque fois comme à la première fois. Je fais le portrait de cette sensation, d’une de ces images, dans le poème « Le merisier blanc ».

Si cependant l’on voulait parler de choses plus concrètes, je suis un adorateur de Cyrano de Bergerac, de Rimbaud, moins de Baudelaire,… de musique et d'Histoire.

Quels sont vos projets d'écriture pour l'avenir ?

J’ai de nombreux projets pour l’avenir.

Un second recueil est d’ores et déjà commencé et contient actuellement déjà une vingtaine de poèmes. Ce second recueil marquera le début d’un tout autre style très libre où les jeux de mots, de sons et de sens seront beaucoup plus présents. Le mélange des cultures y sera également très manifeste. J’y associe le français, l’allemand, l’anglais, l’amérindien,… La richesse de la culture par le langage sera un des premiers thèmes de ce nouveau recueil.

Le projet de publication d’un recueil international, nommé Poems to Humanity, fait aussi partie de mes ambitions. Ce sera un recueil écrit en anglais dont le but sera de libérer un message positif au monde entier avec l’aide des médias. Le thème de ce recueil sera le bon en l’Homme, car on nous répète sans cesse aujourd’hui ce qu’il y a de mauvais dans l’Homme. Or il y a aussi beaucoup de bien en lui, et on semble souvent l’oublier. Je ne crois pas en Dieu personnellement, je crois en l’Homme. J’ai foi en l’humanité.

Un roman sur la thématique du troisième millénaire est aussi en cours d’écriture. Cette œuvre sera, comme le second recueil, une œuvre hybride entre la dystopie et la science-fiction, avec une touche de médiéval mais assez plausible dans la mesure où l’intrigue ne va pas jusqu’au fantastique et pourrait toucher au futurisme. La trame de ce roman mêle passé, présent et futur à l’échelle de la société mondiale, l’importance de l’art, de la religion, de la culture, de la connaissance de l’Histoire ; enfin, de l’identité des peuples. Ce sera aussi un roman d’apprentissage, où le lecteur suivra l’évolution du personnage principal, particulièrement, dans son côté émotionnel, sentimental et psychologique.

Finalement, des projets musicaux sont également prévus. Plusieurs styles seront répartis sur plusieurs albums, notamment la musique épique-filmique et du rock/pop-rock.

Un dernier mot pour les lecteurs ?

« Au-Revoir » !

  • Les Instants d'infini

    De Egilon Walther

    Les Instants d'infini

    De Egilon Walther

    Que sont tous ces poèmes entre vos mains ? Ce sont des instants d'infini. Ce sont de courts instants où l'on se sent hors du temps, où l'on devient l'observateur de soi et du monde qui nous entoure. Ce sont des instants où le temps semble s'être arrêt&ea...

    Thème : Poésie


Cet article a été posté dans Rencontre avec..., Interview écrite Mots-clés interview écrite, Les Instants d’infini, Rencontre avec Egilon Walther

Commentaires