L'auteur de la semaine : Charles Dickens

Cette semaine, nous vous proposons de découvrir l'auteur : Charles Dickens.

Charles Dickens naît le 7 février 1812, dans une famille modeste de Portsmouth. Très vite, les Dickens déménagent dans le quartier londonien de Norfolk Street, pour suivre le père, muté. Le jeune garçon est inscrit à l'institution William Gile où il découvre les auteurs anglais qui l'influenceront toute sa vie : Henry Fielding, Oliver Goldsmith ou encore Daniel Defoe.

Couverts de dettes, ses parents sombrent peu à peu dans la pauvreté. Aussi, quand un emploi de cireur est proposé à leur fils Charles, ils acceptent aussitôt. En 1824, âgé de 12 ans, Dickens débute son travail à la Warren's Blacking Factory. Le 20 février, son père est arrêté pour dettes et emprisonné à la prison de Marshalsea. Ses biens sont saisis mais aussi sa famille. Charles va passer une journée en détention. En 1825, John Dickens, sorti de prison, retire son fils de l'usine et le renvoie à l'école. Il y étudie deux ans et gagne un prix de latin. En 1827, ses parents lui obtiennent un emploi de clerc dans un cabinet d'avocats. Il y reste un an avant de se lancer dans une carrière de journaliste sténographe qui lui vaudra rapidement une excellente réputation, synonyme d'embauche au journal le Morning Chronicle.

En 1833, Dickens fait paraître ses premiers textes dans les journaux. Deux ans plus tard, la maison d'édition Chapman & Hall propose au jeune auteur de rédiger Les Papiers posthumes du Pickwick Club en vingt épisodes. Cette série va devenir extrêmement populaire et accroître la réputation de Dickens dont les activités se multiplient et les finances prospèrent. Il rencontre, en 1836, celui qui deviendra son confident et ami, le critique John Forster. La même année, il épouse Catherine Hogart. Très vite, il va se lier d'amitié avec la jeune sœur de cette dernière, Mary.

Une amitié fusionnelle qui prend brutalement fin en 1837, lorsque Mary décède d'une maladie cardiaque. Dickens est éprouvé et déprimé, délaissant son épouse. C'est à cette époque qu'il écrit Les Aventures d'Oliver Twist, l'un de ses plus célèbres romans, racontant la vie d'errance d'un enfant pauvre. En parallèle, la relation du couple va se détériorer, Dickens se montrant souvent outrageusement dur, parfois cruel. Ils se séparent en 1858, sa femme le soupçonnant notamment d'entretenir une liaison avec la jeune actrice Ellen Ternan et à laquelle Dickens vouera une véritable passion.

Entre temps, Dickens n'a pas arrêté son travail acharné. Il écrit beaucoup et crée même une petite troupe de théâtre en 1842. Il se lancera ensuite dans la mise en scène, dès 1845. Cette année-là, il participe au lancement du journal Daily News et va poursuivre son activité journalistique jusqu'à la fin de sa vie. Entre 1849 et 1850, il écrit un autre de ses romans renommés : David Copperfield. Entre temps, il a publié en 1843 son plus célèbre ouvrage, Un chant de Noël, qui connaît un succès retentissant et internationale.

Dickens, grand amateur de scène, se prête volontiers à l’exercice des lectures publiques et ce dès 1858. En mois d'un an, il donne 108 représentations, auxquelles assistera entre autres un jeune homme du nom de Mark Twain. Mais ces séances le fatiguent de plus en plus. Son médecin lui interdit les représentations mais l'auteur poursuit ses tournées jusqu'en 1870. Il meurt trois mois après la dernière, le 9 juin 1870. En 1874, John Forster publie la biographie de son ami, aujourd'hui considéré comme l'un des plus grands romanciers de l'époque victorienne.

Charles_Dickens_Edilivre


Cet article a été posté dans Autour du livre, Littérature Mots-clés Charles Dickens, Un chant de Noël, Oliver Twist, David Copperfield

Commentaires