Autour du livre


7 janvier 2014
Posté par
Flora

Comment écrire un roman d’épouvante ?

Vous voulez vous essayer au roman d’épouvante ? Voici quelques conseils pour écrire un livre terrifiant dans les règles de l’art.

Comment_écrire_un_roman_d'épouvante_EdilivreDistinguez horreur et épouvante
Cette distinction est fondamentale. Nul besoin en effet de multiplier les scènes sanglantes, atroces, le genre de passage où l’hémoglobine fait loi. Vous pouvez suggérer la peur chez votre lecteur de bien d’autres façons. Privilégiez les situations angoissantes, les moments de tension extrême aux longues descriptions un peu glauques des sévices infligés à vos personnages par un tueur sadique. L’épouvante se tourne plus naturellement vers le surnaturel, les esprits, les fantômes, l’angoisse de l’invisible.
Cependant, rien ne vous empêche de glisser dans votre roman d’épouvante quelques éléments d’horreur, juste pour exacerber la tension. Tout est une question de dosage. Si vous en faites trop, vous risquez de perdre l’attention votre lecteur. Effrayez le mais ne le faites pas fuir.

Ciblez la peur
Il existe une multitude de sujets susceptibles de faire peur à vos lecteurs. Animaux dangereux, apocalypse, zombies, les possibilités sont larges. Afin de rendre l’expérience plus stimulante, n’hésitez pas à mettre en scène vos propres peurs. Ainsi, vous écrirez de manière plus spontanée et serez plus à même de faire ressentir l’angoisse entre vos Comment_écrire_un_roman_d'épouvante_Edilivrelignes.
Veillez à ne pas vouloir trop en mettre et à ne pas cumuler plusieurs thèmes. Cette surabondance risquerait d’avoir l’effet inverse et d’amuser le lecteur, qui se dira finalement qu’il a affaire à un joyeux carnaval de monstres plutôt qu’à un élément vraiment effrayant. Et n’oubliez pas que la peur peut venir des objets les plus anodins. Stephen King a bien réussi à écrire un roman angoissant sur Christine, une voiture tueuse…

Misez sur les sensations
Ce qui va primer dans votre livre, c’est votre capacité à faire ressentir une émotion : la peur. Elle peut se matérialiser par un frisson dans le dos de votre lecteur, par un état de tension très fort, par une impression désagréable d’avoir entendu un bruit derrière soi. Pour cela, il faut que votre lecteur soit captivé par votre histoire. Rythmez votre récit et usez des ellipses. L’ambiance de votre roman est également fondamentale. Elle va porter le lecteur tout au long du récit. Lieux, anecdotes, passés de vos personnages, tout est bon Comment_écrire_un_roman_d'épouvante_Edilivrepour créer un univers qui vous est propre. De plus, en vous glissant dans la peau de vos héros, vous serez plus à même de saisir leurs doutes, leurs peurs et par conséquent, de mieux faire ressentir leurs émotions par votre écriture.

Abreuvez-vous d’influences
Avant de créer votre propre roman, regardez attentivement ce qui se fait ailleurs. Si Stephen King est aujourd’hui considéré comme une référence en la matière, ce genre littéraire fourmille d’auteurs tout autant capables d’effrayer. Avoir peur avant de faire peur est une excellente leçon. Confrontez-vous également au cinéma d’épouvante. Pas question de plagier mais de puiser votre inspiration, notamment dans le rythme, les ambiances, les personnages.
Ces deux méthodes seront d’excellents moyens pour dégager des qualités mais surtout des défauts et des lieux communs inhérents au genre, que vous pourrez alors éviter. Votre roman n’en sera que plus passionnant.

Et vous, vous êtes-vous déjà confronté au genre ? Quelles sont vos méthodes pour écrire un roman d’épouvante ?

Article écrit avec la participation de Quentin