Comment construire un bon antihéros ?

Et si le personnage le plus antipathique d’une œuvre suscitait, malgré lui, toute l’admiration du lecteur ? Tel est le sort de l’antihéros ! Aujourd’hui, nous vous délivrons les astuces pour créer ce protagoniste aux actes de bravoure non conventionnels et pourtant remarquables.

comment_construire_un_bon_antihéros_Edilivre

Un personnage complexe
L’antihéros, contrairement au héros traditionnel, est un personnage mystérieux au caractère complexe, voire très sombre. Pour qu’il ait l’air authentique, infligez-lui des défauts réalistes qui nous empêchent de le cerner sans pour autant le détester totalement. C’est ce côté énigmatique qui le rendra particulièrement intéressant !

Un don hors du commun
L’antihéros le plus sombre possède bien souvent une particularité qui le distingue des autres protagonistes. Une fois de plus, il s’agit là d’une des façons de faire de lui un personnage captivant. Donnez-lui une qualité qui le rend unique pour qu’on ait envie de voir comment il va s’en servir. Pour ce faire, appuyez-vous sur des fiches de personnages bien construites qui suivront l’évolution de l’antihéros au fil de l’histoire.

L’importance du « background »
Si cet antihéros semble irrécupérable, demandez-vous ce qu’il a bien pu vivre pour être aussi mauvais. Ce n’est qu’au cours de l’histoire que l’on risque d’en découvrir davantage sur son passé, et il s’avère qu’une information peut être assez forte pour nous permettre de contrebalancer la morale et relativiser en quelques sortes les mauvaises actions du personnage, comme Rogue dans Harry Potter !Comment_construire_un_bon_antihéros_Edilivre

Une victime de la société
La Nana de Zola, Heathcliff dans Les Hauts de Hurlevent ou encore Valmont dans les Liaisons Dangereuses… L’antihéros est finalement en souffrance ! En marge de la société, il ne semble pas être en phase avec le monde qui l’entoure. Le fait qu’il soit victime nous rend, d’une certaine manière, empathique face au chemin qu’il poursuit.Au fil de l’œuvre, nous suivons donc sa quête comme une tentative de rédemption morale personnelle.

Des défauts, mais pas que !
Si vous créez un personnage antipathique et que nous ne le voyons faire que du mal, il ne sera pas convaincant et nous aurons du mal à nous associer à un personnage complètement mauvais. Par contre, si nous voyons un personnage méchant faire de bonnes actions, nous pourrons nous y attacher, et c’est bien là tout l’enjeu d’un bon antihéros !

Et pour savoir comment créer un bon personnage, nous vous invitons à aller sur ce lien.

Et vous, que pensez-vous de ce type de personnages ? Quels antihéros de littérature vous ont marqué ?

Article écrit avec la participation d’Alicia

 

Comment_réussir_le_1er_chapitre_de_son_livre_Edilivre