Bande-annonce


20 juillet 2015
Posté par
Flora

Bande-annonce de « Le Chaoui – Tome 2 » de Meki Amoura

bande_annonce_le_chaoui_tome2_Edilivre

Nous avons le plaisir de vous présenter la bande-annonce de Le Chaoui – Tome 2 aux Éditions Edilivre.

 

 

 

 

 

 

[youtube= »https://www.youtube.com/watch?v=TZSjJNzlbZQ&feature=youtu.be »]

 

– Détails sur le livre :
. Format : 13,4×20,4
. Nombre de pages : 266
. Date de publication : 16 décembre 2014

– Résumé du livre :
L’auteur s’appelle Amoura Meki. Surnommé communément Momo. Sobriquet qui a pour origine Maurice, son prénom de baptême choisi par sa mère le jour de sa naissance à Saintes le 6 décembre 1945. Après une enfance plutôt agitée dans une France meurtrie par la confrontation et l’occupation sanglante de l’Allemagne nazie d’Hitler ainsi que par l’humiliante défaite de Dien bien Phu au Vietnam et la victoire du FLN en Algérie, l’auteur a adhéré à l’initiative des « révoltés de la première génération ». Celle-ci consistait à s’éloigner du système mis en place, pour partir à la découverte d’horizons propices à une quête, synonyme d’opportunités plus conformes aux aspirations et aux ambitions de l’auteur.

La réalisation de ses desseins s’accomplira sur fond de trafics en tous genres. Le point de départ d’une vie d’aventures, dédiée aux excès et à l’insouciance, qui rime cela n’étonnera personne avec l’inévitable alternance de mésaventures, de problèmes et de trahisons liées aux amitiés de circonstances. Ce parcours qui prit naissance le 17 juillet 1976 sur les quais de la gare de l’Est, en grimpant sur les marches de l’Orient-Express en partance pour Istanbul, s’achèvera le 17 mai 2014 sur le pas de porte du sinistre CD de Villenauxe-la-Grande, située dans le département de l’Aube. La formule consacrée exige pour des raisons évidentes, de préciser qu’il s’agit d’une fiction basée sur des faits réels. Certains noms ont été remplacés par des « X » pour cause d’oubli. D’autres occultés ou modifiés pour protéger l’anonymat de ceux qui l’ont aidés. Ceci plus par respect que par crainte des foudres de la justice. D’abord parce que l’auteur en a payé le prix (225 mois d’incarcérations dans 15 établissements pénitentiaires repartis sur 3 continents), ensuite du fait de la prescription des délits prévue par la loi.