Bande-annonce de  » La Palestine, une question juive  » de Richard Wagman

Bande_annonce_la_Palestine_une_question_juive_EdilivreNous avons le plaisir de vous présenter la bande-annonce du livre La Palestine, une question juive aux Éditions Edilivre.

 

 

 

 

[youtube= »https://www.youtube.com/watch?v=ZTkrwYnwWc0&list=UUUgzoXSm0BnJiJYnrRyX73A »]

 

– Détails sur le livre :
. Format : Roman 13.4×20.4
. Nombre de pages : 358
. Date de publication : 5 juin 2014

 

– Résumé du livre :
Cet ouvrage porte plus sur les Juifs que sur la Palestine. D’Israël, il en est seulement question de façon auxiliaire, si bien que ce volume ne s’adresse pas aux lecteurs d’une seule communauté. L’introduction réserve quelques surprises, tandis que la conclusion offre aux lecteurs des perspectives contemporaines à la lumière de l’expérience historique.
Ce livre commence avec une chronologie historique du conflit judéo-arabe en Palestine pour passer en revue des débats politiques et éthiques qui ont accompagné le développement du nationalisme palestinien et du nationalisme juif (le sionisme). Des thèmes sont abordés autour des centres d’intérêts spécifiques, sans oublier les portraits de certains acteurs clefs dans la communauté juive qui ont contribué à susciter le débat sur la Palestine.

 

– Biographie de Richard Wagman :
L’auteur, de nationalité franco-canadienne, est né peu après l’Etat d’Israël. Ses grands-parents ont immigré de l’Europe centrale au Canada afin d’échapper aux persécutions antisémites quelques années avant la prise du pouvoir par Hitler en Allemagne. Le reste de sa famille a été exterminé à Auschwitz. De mère croyante (mais non pratiquante) et de père athée, militant de gauche, il est le produit d’une ambiance familiale juive laïque progressiste. Polyglotte et titulaire d’une licence en lettres de l’université York de Toronto, il est venu en France en 1990 où, quatre ans plus tard, il fonde l’Union juive française pour la paix (UJFP). Avec trois enfants et trois petits-enfants à son actif, il passe une partie de son temps libre à travailler comme traducteur-interprète. Préface de Michel Warschawski