Bonnes pratiques


17 janvier 2017
Posté par
Edilivre

5 conseils pour écrire les dialogues d’un roman

Lorsque l’on écrit un livre, il est bien sûr évident que les dialogues ont toute leur importance. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, il n’est pas toujours si évident de les rédiger. Voici donc quelques conseils pour vous aider à les améliorer.

 

shutterstock_523948348 (1)

Mettre les dialogues en scène
Beaucoup de personnes pensent qu’un dialogue reflète une simple conversation entre deux personnages. Or c’est beaucoup plus que cela. Dans un dialogue, il faut trouver « le » ton qui sonne juste, un peu comme si vous étiez au théâtre. Pour cela, vous avez une petite astuce qui consiste simplement à jouer les scènes que vous venez d’écrire afin d’avoir un aperçu de ce qu’elles vont donner.

Mettre de côté l’évidence
Il arrive très souvent aux nouveaux auteurs d’écrire des dialogues sans surprise ou bien faisant écho aux répliques précédentes. Si l’on pense que les réponses directes sont parfois recommandées, il vaut mieux en réalité savoir les éviter, afin que vos dialogues prennent une tournure plus dynamique.

Cultiver le silence
Il y a un proverbe qui dit « Le silence est d’or, mais la parole est d’argent ». Dans un dialogue, il y a aussi des moments où il vaut mieux l’appliquer, car parfois, la meilleure réponse peut être le silence. Sachez qu’un personnage qui ne répond pas à une réplique à un moment où à un autre de l’histoire révèle parfois bien plus de choses sur son état d’esprit qu’avec des mots.

Bien découper chaque réplique
L’avantage avec un roman, c’est que quand une réplique particulière nous vient à l’esprit pour un dialogue entre deux personnages, on a le loisir de réécrire la scène à volonté. Prenez garde cependant à ne pas trop en faire non plus, car trop de répliques percutantes risqueraient de faire perdre le naturel de votre dialogue.

Ôter des mots
Afin de donner une touche supplémentaire de naturel à votre livre, il y a une petite astuce qui consiste à « oublier » un mot de temps à autres, comme par exemple un pronom, le « ne » dans une négation. Bien entendu, attention à ne pas trop en faire également.

Et pour vous, quelles sont vos méthodes pour écrire les dialogues de vos récits ?

Article écrit avec la participation d’Ilanie