5 ouvrages pour parler du SIDA

Plus de trente ans après l’émergence du VIH, l’épidémie a inspiré de nombreux ouvrages. La littérature a joué et joue toujours un rôle important dans l’évolution de la pensée, des mentalités et des comportements. Pour en savoir plus sur ce sujet, voici une sélection d’ouvrages pour parler du SIDA.

 

D’un trait de fusain– Cathy Ytak

D’un trait de fusain est un roman qui se déroule dans les années 90, au moment où le grand public « découvre » l’épidémie du SIDA. C’est aussi l’époque où les associations comme Act Up émergent pour alerter et lutter contre la maladie. Dans ce roman, on suit Mary, Monelle, Julien et Sami, quatre lycéens dans une école d’art. Alors qu’ils vivent leurs premiers émois amoureux, l’épidémie du SIDA s’immisce brutalement dans leurs vies. La plupart des adultes se taisent et semblent ignorer la tragédie. Parmi cette bande d’amis, Marie-Ange, jeune fille plutôt craintive et complexée, est forcée de prendre conscience de la maladie et de la mort qui touchent ses proches. Peu à peu, elle va s’affirmer et s’engager auprès d’Act Up contre l’avis familial pour lutter contre l’indifférence qui entoure ce sujet.

 

Dorian– Will Self

L’auteur de ce livre s’est amusé à transposer le classique Portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde un siècle plus tard. Alors que Wilde racontait la déchéance de la fin du XIXe siècle, Will Self raconte la lente dérive du Londres décadent des années 1980 et 1990 : sexe, drogue, alcool et sida. On découvre Henry Wotton, un dandy qui use et abuse de tous les plaisirs illicites. Il rencontre Dorian Gray, un jeune homme d’une grande beauté, dans le studio de son ami Basil Hallward. Dorian se propose alors de l’initier à toute une vie de débauche. L’auteur retrace toutes les étapes de l’évolution de Dorian Gray ainsi que sa descente aux enfers avec les ravages du SIDA.

 

Dites aux loups que je suis chez moi– Carol Rifka Brunt

Cette histoire se passe au milieu des années 1980 aux Etats-Unis. June est une adolescente de quatorze ans qui vit avec ses parents et sa sœur dans une petite ville de l’état de New York. Dévastée par la mort de son oncle Finn dont elle était très proche, elle se raccroche à tout ce qu’il reste de lui. Elle découvre les non-dits, les amours interdits et l’hypocrisie des adultes, peu et mal informés sur cette maladie encore inavouable et honteuse qu’est le SIDA.

 

Les chroniques de San Francisco– Armistead Maupin

Comme le titre l’indique, l’action se passe à San Francisco à la fin des années 1970. Mary Ann Singleton, une jeune femme de 25 ans, fuit la vie ennuyeuse de sa ville natale pour s’installer chez Anna Madrigal, la propriétaire d’un petit immeuble sur Barbary Lane. C’est le début d’une nouvelle vie pour Mary Ann qui va faire la connaissance de ses nouveaux colocataires : Michael, Brian, Mona, Norman et bien d’autres. L’auteur dépeint une époque charnière de la révolution des mœurs. Il s’agit d’une série en neuf tomes. Dans les trois premiers tomes, le SIDA n’a pas encore de nom, mais on assiste à son évolution.

 

Sous le lit– Mr. Q

Pour terminer, Sous le lit est une BD qui raconte l’histoire de Valentin, un étudiant qui vit avec sa mère. Il rencontre un homme lors d’une soirée alcoolisée. Le lendemain, il se rend compte qu’il ne se souvient plus s’il s’est protégé ou non. Malgré les encouragements d’une amie, il repousse sans arrêt son dépistage par peur d’être séropositif, et ment à son entourage en affirmant qu’il a fait les tests. Puis il rencontre Sam, un jeune garçon dont il tombe amoureux, et tombe alors dans la spirale de l’angoisse. Malgré un sujet sombre, cette BD aborde l’amour sous toutes ses formes avec beaucoup de finesse et de sincérité.


    Commentaires