Bande-annonce de «La France : ses sectes, la franc-maçonnerie et… le terrorisme islamiste» de Christian Paturel

bande_annonce_la_france_ses_sectes_la_franc_maconnerie_et_le_terrorisme_islamiste_EdilivreNous avons le plaisir de vous présenter la bande-annonce de La France : ses sectes, la franc-maçonnerie et... le terrorisme islamiste aux Éditions Edilivre.

 

 

 

 

 

 

 

 

- Détails sur le livre : .

. Format : 170x240

. Nombre de pages :  110

. Date de publication : 14 novembre 2017

- Résumé du livre :

Ancien avocat et Témoin de Jéhovah, Christian Paturel tire le signal d'alarme. Il fustige la politique discriminatoire menée depuis plusieurs décennies par la France à l'égard des religions marginales, ce qui laisse le champ libre au terrorisme islamiste. Selon lui, les mesures déployées par l'État français sont inadaptées, c'est pourquoi il exhorte les institutions à s'attaquer à ceux qu'il considère comme les véritables ennemis de l'ordre public, à savoir les intégristes violents. Il retrace les grandes dates de l'histoire de son pays, conscient de l'importance du devoir de mémoire. Il en appelle à la liberté du droit de culte et à l'esprit de tolérance, en vantant les mérites du multiculturalisme. La diversité cultuelle contribue à la richesse de nos sociétés modernes.

 

- Biographie de l'auteur :

Ancien avocat spécialisé en droit public et libertés publiques (démisionnaire en 1998) et chrétien Témoin de Jéhovah, Christian Paturel a contribué avec le ministère de la Défense à la fin des condamnations à 1 an de prison ferme pour les jeunes appelés qui refusaient le statut. Il a écrit des livres sur le thème de la liberté de pensée et la liberté religieuse :- Et Pharaon dit « Qui est Jéhovah » (vendu à 4000 exemplaires) ;- La Dernière Croisade (vendu à 8000 exemplaires) ;- Sectes, Religions et Libertés publiques (vendu à 3000 exemplaires), livre dont la parution a entrainé la condamnation de l'auteur pour « diffamation ». La Cour européenne des droits de l'Homme, à l'unanimité des sept juges, dans son arrêt du 22 décembre 2015 (Paturel c. France) a considéré que ce faisant, l'État Français avait violé la liberté d'expression et a condamné la France à 15000 euros de dommages-intérêts.L’auteur est également secrétaire de CAP-LC (Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience), une ONG accréditée auprès de l’ONU et du Parlement européen.

 

 

 


Commentaires