Rencontre avec Manuel Verlange, auteur de «Vue sur mère»

Présentez-nous votre ouvrage

Ce livre raconte le parcours tragique, et néanmoins truculent, d'une femme éprise d'un violent désir d'enfant, mais qui ne parvient pas à en avoir. Pour cet enfant, elle sera prête à tous les excès. C'est un désir total, qui ne connaîtra aucune limite.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Pour une question d'identité. Parce que seule l'imagination peut répondre aux questions, quand la réalité fait défaut.

À quel lecteur s'adresse votre ouvrage ?

A tous ceux qui aiment les histoires qui touchent en plein coeur. Les histoires qui engagent. Celles qui jouent un spectacle de clown en larmes, dans un grand éclat de rire. A tous ceux qui aiment Romain Gary. A tous ceux qui aiment Charlie Chaplin.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

J'ai surtout voulu partager de belles pages, avec les lecteurs. Un moment fort, émouvant, drôle. S'il y a un message dans le courant de ces lignes, alors c'est sûrement celui de l'espoir. De ne jamais accepter que la réalité ait le dernier mot. De la provoquer du haut de nos trois pommes, en lui criant qu'on est pas d'accord. La réalité a besoin d'être remise à sa place. J'ai écrit ces pages pour dire que jamais rien n'est écrit.

Où puisez-vous votre inspiration ?

Dans une réalité volée, que je ne connaîtrai sans doute jamais.

Quels sont vos projets d'écriture pour l'avenir ?

Un autre livre est achevé : "La Flamme de l'enfant inconnu". Un troisième est actuellement au stade de la correction : "Portrait de ma mère en fuite". L'écriture du quatrième débutera encore cette année : "Faux départ".

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Cette phrase de Romain Gary : "N'ayez pas peur d'être heureux, c'est juste un bon moment à passer".


Commentaires