Rencontre avec Christine CHANTEREAU, auteur de « Dans l’espoir des vents »

Présentez-nous votre ouvrage 

Mon premier recueil de nouvelles « Dans l’espoir des vents » rassemble douze textes dont les fils conducteurs sont la vie, la force intérieure et le rêve.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Pour créer des histoires volontairement courtes, ressemblant à des séquences, sketches ou des courts-métrages inspirés par le quotidien.

Pour faire voyager les lecteurs, davantage intérieurement que géographiquement d’ailleurs.

À quel lecteur s'adresse votre ouvrage ?

Toute personne qui acceptera de se laisser emporter, bercer, interroger, bousculer… dans la réalité et le songe mêlés.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

J’ai à cœur de partager des thèmes relativement universels et simples.

Je veux proposer des possibilités offertes et à s’offrir, y compris, et surtout, sans raison apparente.

Je donne mon écriture à tiroirs en défendant le réputé minuscule, la cause inclassable et les espoirs dits fous !

Où puisez-vous votre inspiration ?

Je livre mes idées sans barrière grâce à des piliers autant que des plumes.

Je parcours l’existence chaque jour aidée de la Nature avec un N majuscule.

Je fais appel à l’enfance, nichée parfois très profond en nous-mêmes.

L’imaginaire est mon ami le plus sûr et le plus fidèle.

Je le laisse s’exprimer selon mon intuition.

Quels sont vos projets d'écriture pour l'avenir ?

Grâce à EDILIVRE, j’ai aussi publié un premier recueil de poèmes intitulé « La Vraie Fortune » et un deuxième recueil de nouvelles intitulé « L’Améthyste tibétaine ». A ce jour, trois autres livres sont en cours de publication avec EDILIVRE : un témoignage, un roman et un troisième recueil de nouvelles. J’espère écrire encore longtemps car c’est pour moi à la fois un véritable besoin, un soutien fort et un plaisir incroyable.

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Je remercie par avance extrêmement chaleureusement chaque lecteur pour le cadeau qu’il voudra bien me faire en lisant mon livre (et les suivants).

 

Commentaires