Rencontre avec Frei Drang, auteur de «Douleurs, l’enfer du Borderline »

Présentez-nous votre ouvrage

Ce livre n’est pas un roman mais un récit autobiographique qui m’a permis de faire le point -et de commencer à faire la paix- avec les différentes phases les plus douloureuses de ma vie.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Pour la première fois, c’est un livre extrêmement égoïste. On écrit toujours plus ou moins pour soi, mais ce livre a été écrit entièrement pour moi-même. Et très libérateur.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?

A toutes les personnes s’intéressant aux troubles de la personnalité -plus particulièrement au trouble de la personnalité borderline. Que l’on soit soi-même concerné, que l’on connaisse quelqu’un atteint de ce trouble ou simplement pour découvrir le point de vue de quelqu’un de concerné par la haine de soi et les mécanismes d’autodestruction.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

J’aimerais que les gens prennent plus consciences des mécanismes qui guident leur psychisme -et je ne parle pas uniquement de troubles de la personnalité. Chaque individu possède sa propre histoire, sa propre enfance, une éducation et des blessures qui lui sont propres, mais tous nous avons ceci en commun : nous développons des mécanismes pour nous protéger de ce qui nous fait souffrir -ou de ce qui pourrait nous atteindre, de même que nous répétons inlassablement les mêmes vieux scénarios pour un jour enfin apprendre à affronter nos démons en face à face.

Où puisez-vous votre inspiration ?

Dans ma propre expérience de la vie -et cela est d’autant plus vrai pour ce livre puisque ce récit est autobiographique.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

Honnêtement, j’en ai beaucoup trop ! Les idées fusent mais le temps manque. Je peux déjà citer un manuscrit nommé L’étoile des Hommes, une série de deux cycles de romans fantastiques pour adolescent mais incluant une critique de notre société. Actuellement, je travaille sur le premier tome d’une série de livres écrit directement en allemand mais que je prévois de traduire moi-même en français et intitulé L’île des aveugles, lié à des sujets tels que la découverte de soi, les traumatismes, le refoulement, les troubles de la personnalité et le psychisme humain en général.

Un dernier mot pour les lecteurs  ?

Ne laissez pas vos heures d’obscurité, même dans leurs robes les plus sombres, éteindre à jamais la lumière de vos âmes. Que vous vous en rendiez compte ou non, vous brillez déjà. La seule chose qui changera au cours de votre vie, dans les bons moments comme dans les épreuves, c’est l’intensité de votre éclat.


Commentaires