Rencontre avec ALG MINTHY, auteur de LE CLANDESTIN Du Foot

Présentez-nous votre ouvrage ?

LE CLANDESTIN Du Foot est mon premier ouvrage chez Edilivre. Il a été Publié en Aout 2017. Ce roman retrace la vie d’un jeune élève africain ; Ange Dido Clovis, qui a abandonné ses études pour tenter de réaliser de son rêve de footballeur en Europe.

Le rêve d’Ange Dido Clovis dit Mila était d’immigrer en Europe pour s’assurer une meilleure carrière de footballeur. Comme tous les jeunes africains épris de cette aventure, il voulait voyager  mais au mépris des règles nécessaires à cet effet. Malheureusement, comme c’est très souvent le cas en Afrique, il est encouragé dans sa folie par coach Bamba, son entraîneur. Le jeune  homme passa par toutes les sensations avant de retrouver ses sens. S’il est chanceux d’être toujours vivant après ce périple, il a compris après son séjour en prison que l’immigration clandestine est un mal dont on doit s’éloigner.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Bah ! En tant qu’intellectuel africain vivant sur le continent, il m’était devenu insupportable de rester peinard devant mon poste téléviseur et laisser les medias dénombrer au fil des journaux, le nombre illimité de jeunes africains dont les embarcations échouaient régulièrement dans les froids océans, sur la route de  «  l’eldorado ». Ma peine était chaque fois un peu plus grande, quand je voyais ces corps de jeunes gens, probablement de talentueux africains, recouverts de bâches noires. C’est pour joindre ma voix à celle des autorités pour crier : « Ça suffit, l’immigration clandestine a assez fait de tord à notre continent ! » que j’ai écrit cette œuvre. LE CLANDESTIN Du Foot est donc un cri de cœur qui interpelle les jeunes africains encore candidats à l’immigration clandestine.

A quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?

Cet ouvrage s’dresse d’abord à tous ceux qui aiment la lecture. Il s’adresse surtout aux décideurs d’ici et d’ailleurs dont les actions peuvent constituer une bouée de sauvetage pour nos nations incapables de retenir leurs jeunesses .Il s’adresse enfin à tous ces africains talentueux qui se sont laissés convaincre que leur bonheur ne pouvait éclore ici, en Afrique.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

Le message est clair, c’est la sensibilisation de la jeunesse sur les dangers liés à l’immigration clandestine. J’ai voulu mettre en avant les potentiels du continent noir. J’encourage la jeunesse à être porteur de projets leur permettant d’avoir recours aux voies légales s’ils veulent voyager. Je dénonce l’aventure méditerranéenne vers l’Europe.

Où puisez-vous votre inspiration ?

Mon inspiration vient de mon grand amour pour les lettres mais surtout d’expériences de tous les jours.

Quels sont vos projets d’écritures pour l’avenir ?

Je suis tout le temps entrain d’écrire. J’ai deux autres manuscrits : ANGE MARIE GERALDINE et LE MARIAGE DE MIEL  actuellement dans le processus éditorial d’Edilivre. En plus, je travaille sur un autre projet qui est en phase de correction. L’écriture est une passion !

Un dernier mot pour vos lecteurs ?

Merci d’avoir confiance en moi. C’est vrai, c’est un veritable plaisir de se savoir lu car cela témoigne  de la qualité de nos écrits. En dépit du fait que nous soyons à nos début dans ce monde fantastique de l’écriture, nous volons encourager les uns et les autres à nous lire et à émettre des critiques constructives. C’est seulement comme cela que l’on pourra s’améliorer et produire des œuvres de plus en plus exceptionnelles.

Merci à toutes et à tous, surtout mille fois merci à la maison d’Édition alternative Edilivre qui nous donne ici, l’occasion  de partager notre passion avec les lecteurs du monde entier.

A bientôt, je vous aime !


Commentaires