Rencontre avec Frei Drang, auteur de «VIES -2 Naissances »

Présentez-nous votre ouvrage

Ce livre est le deuxième d’une suite de quatre livres prévus, chacun d’eux traitant d’une des quatre phases différentes de l’existence : illogique pour la chronologie, j’ai commencé par écrire le premier tome de VIES sur l’adolescence puisque j’en sortais moi-même à l’époque et  ce deuxième opus porte lui sur la naissance et l’enfance.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Parce qu’on a beaucoup trop tendance à oublier ce que l’on a un jour été. Pourtant, avant d’être ce que nous sommes devenus, nous naissons, nous grandissons. Avant de nous forger une personnalité, nous ne sommes que des enveloppes vierges. Alors, honnêtement, comment évoluons-nous et qu’est-ce qui nous forme ? Que sommes-nous et comment pensons-nous avant de laisser nos parents, notre éducation, la société et les expériences vécues donner de la couleur à nos personnalités d’abord transparentes ?

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?

A tous, même si je dois avouer que cela est moins proche d’un roman qui se base sur une histoire bien racontée que d’un genre de récit littéraire ayant pour but d’interloquer le lecteur.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

J’aimerais amener les personnes lisant ce livre à remettre en question leur identité. A se demander qui ils sont, mais surtout pourquoi. Qu’est-ce qui a fait de vous ce que vous êtes -et êtes-vous véritablement en accord avec ce que vous êtes devenus ? Est-ce la société et ses mœurs de l’époque qui vous ont façonnés, est-ce l’éducation trop stricte ou trop laxiste de vos parents ou de la personne qui vous a élevé ou bien est-ce que ce sont les expériences vécues -bonnes ou mauvaises ?  Bref, êtes-vous vraiment la personne que vous vouliez devenir -ou avez-vous laissez les éléments extérieurs vous forger au point de vous définir ?

Où puisez-vous votre inspiration ?

 Dans ma vie, au travers de mes propres expériences, dans tout ce que j’ingurgite intellectuellement -cela passe par des romans littéraires de grande envergure tels que les Misérables de Victor Hugo ou encore Faust de Goethe, ou par des séries pas forcément brillantes mais qui ont pour intérêts de toujours m’amener à de nouvelles réflexions sur le fonctionnement de notre monde et de notre société et me donnent de nouvelles idées. Et puis, bien sûr, un des points les plus importants pour un auteur : je me base aussi sur mes propres sentiments, qu’ils soient réels ou que je réussisse simplement à me projeter dans l’état d’esprit voulu.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

 Un manuscrit nommé L’étoile des Hommes, une série de deux cycles de romans fantastiques pour adolescent mais incluant une critique de notre société. Actuellement, je travaille sur le premier tome d’une série de livres écrit directement en allemand mais que je prévois de traduire moi-même en français et intitulé L’île des aveugles, lié à des sujets tels que la découverte de soi, les traumatismes, le refoulement, les troubles de la personnalité et le psychisme humain en général. D’autres idées existent encore, donc les projets futurs ne manquent pas… Enormément de travail en perspective !

Un dernier mot pour les lecteurs  ?

Ne laissez personne, ni vos parents, ni vos amis, ni les caprices d’une société moderne qui se veut progressiste mais ne sait pas se remettre en question, vous empêchez d’être vous-même. Gardez présent en vous l’enfant que vous étiez -avant que les influences de tous et celle de la vie elle-même ne vous transforment. Parce que c’est tout ce qu’on a le jour où l’on partira : ce que l’on a pas réussi à être.


Commentaires