Rencontre avec SYLVIE LE KERNEAU, auteur de « Éva ou le Songe d’un peintre »

Sylvie LE KERNEAUPrésentez-nous votre ouvrage

Je signe avec Éva ou le Songe d’un peintre mon septième livre. Il s’agit d’un texte de quelques cent pages écrit au fil du quotidien pour évoquer ma relation à l’écriture et à la peinture au travers des attentats qui ont touchés Paris et  relater une relation sublimée par l’Art avec une nouvelle Muse, Éva, rencontrée au cours d’une exposition de peinture.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Une simple rencontre avec le public lors d’une exposition de peinture a nourrit mon imagination pour rédiger ce nouvel ouvrage qui sort chez EdilivreAparis pour la rentrée littéraire 2017. Je réponds à une sorte de nécessité intérieure qui me construit quotidiennement en tant qu’écrivaine depuis plus de vingt ans à laquelle je ne saurai déroger.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?

Je pense qu’il est accessible à tous.

 Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

Mon idée consistait à la fois à dénoncer la barbarie des attentats de Paris et de la décennie noire en Algérie dans les années 90 et à mettre en lumière les artefacts d’une relation amoureuse non vécue entre deux femmes.

Où puisez-vous votre inspiration ?

Au plus profond de moi-même, entre la mémoire, le rêve et l’imagination avec une touche de réalité.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

Je continue à écrire quasiment chaque jour. Mon huitième livre est en cours de rédaction. Il évoquera une fois encore la puissance de l’amour et de l’Art, cette fois-ci pour vaincre la douleur et toute forme de souffrance.

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Tout écrivain écrit à la fois pour lui-même mais au final pour être lu.


Commentaires