Premiers émois,émois… et moi

Éducation seximentale

Par Pierre Eyrignoux

Thème : Sentimental

Format : Roman (134x204)

Nombre de pages : 102

Date de publication : 10/05/2019

ISBN : 9782414319947

Disponible

Livre papier
11,00 €

Livre numérique : format Pdf
4,99 €

Résumé

S’il faut en croire l’éminent et encore omniprésent psychanalyste Sigmund Freud, dont les intuitions géniales ont bouleversé les modes de pensée du XXe siècle, en réinventant notre psyché, tous nos actes depuis le berceau et peut-être déjà in utero procèdent d’une sexualité fondatrice de l’être, refoulée, castratrice ou débridée le long d’une existence où elle ne va pas manquer de façonner nos personnalités, nos comportements, nos relations humaines, nos goûts artistiques, enflammer ou congeler nos cœurs et nos corps, alimenter nos fantasmes jusque dans la recherche de « la petite mort » et même réveiller nos souvenirs, les vieux jours nous ayant surpris, déjà, au bout de notre âge. Fortement remises en question à l’heure actuelle par de nombreux pourfendeurs de son échafaudage œdipien, ses théories semblent tout de même encore tenir la distance si l’on considère que malgré leurs tarifs prohibitifs, les cabinets de ces thérapeutes de l’âme résolument sexuée ne désemplissent pas à travers le monde. Plus prosaïquement, en amuseur éclairé et décomplexé par son expérience personnelle, l’auteur propose dans ces lignes « une éducation seximentale », certes pas très flaubertienne, d’un genre particulier, dans un contexte nord-africain qui ne l’est pas moins : présenter une série de nouvelles racontant le cheminement sexuel d’un Français d’Algérie dans les années cinquante et soixante, de sa prime jeunesse à son épanouissement charnel à dix-huit ans, en mettant en lumière ses découvertes, ses frasques, ses dérives, ses frustrations, ses ravissements agités par des émotions où la fraîcheur des sentiments se mêle à la crudité de certaines situations vécues sur fond de guerre d’Algérie jusqu’à l’Indépendance en 1962.


Biographie de Pierre Eyrignoux

Je suis né en 1943 à Djidjell, petit port sur la côte kabyle, au beau milieu de la Seconde Guerre mondiale, mon père étant à cette époque sur le front italien à Monte Cassino avec les Tirailleurs algériens…il y perdra une jambe…
J’ai ensuite vécu une enfance « pagnolesque » (comme celle que le grand Marseillais évoque dans ses Souvenirs d’enfance) de l’autre côté de la Méditerranée, en Petite Kabylie, dans une nature préservée qui fut notre terrain de jeux et dont je garde un souvenir ébloui…un Paradis perdu ! …les plus beaux… Dit-on.
La Guerre d’Algérie nous enferma pendant 8 ans dans notre petite bourgade marine où, paradoxalement, malgré les attentats et la mort prégnante, nous sûmes nous construire des petits bonheurs au jour le jour, bonheurs « camusiens » de soleil de mer et de sensualités méditerranéennes… jusqu’à l’Indépendance en 1962
D’une famille d’instituteurs, nous fîmes partie de la petite minorité pied-noir qui resta « au Pays » pour y enseigner au titre de la Coopération jusqu’en 1980.Donc d’une certaine, manière-nous ne connûmes pas l’arrachement de l’exode de l’été de 1962.

Articles associés

Aucun article n'est associé à cet ouvrage.

Avis des lecteurs

Aucun avis n'a été déposé pour cet ouvrage, vous pouvez ecrire un commentaire sur cet ouvrage.

Mots clés

Utilisez un espace pour separer vos mots clés. Utilisez l'apostrophe (') pour rédiger une phrase.