Les Sous-teckels

Par Virginie Vanos

Thème : Essai / Etude autres

Format : Roman (134x204)

Nombre de pages : 178

Date de publication : 15/07/2014

ISBN : 9782332765703

Disponible

Livre papier
16,00 €

Livre numérique : format Pdf et format Epub
1,99 €

Résumé

Ils sont parmi nous! La majorité silencieuse, les conformistes passifs-agressifs, les petits esprits trop bien-pensants, nourris de préjugés et emplis de « prêt-à-penser » ! Comment donc être heureux et tenter de se faire une place au soleil alors que l'on est considéré comme un outsider ?

Biographie de Virginie Vanos

Virginie Vanos est née en 1979. Après un parcours scolaire des plus farfelus, elle est passée tour à tour sur les planches, devant les caméras et des deux côtés de l'appareil photo. Auteur de fascicules d'expo, de romans d'humour et d'un roman autobiographique, elle signe ici son premier essai sociologique.

Avis des lecteurs

Un livre sans concession - 22/09/2017

J'avoue que j'ai été surprise par ce livre. J'ai passé un très bon moment . Dès le début je me suis totalement reconnue dans la manière de penser de l'auteure. Tout comme elle, je ne supporte par ceux qui par étroitesse d'esprit et envie de banalité rejette ceux qui ne pensent pas comme eux, qui ne s'habillent pas comme eux. En parlant d'habillement, j'ai été marquée par une phrase décrivant le jeune ST des années 2000 qui m'as fait hurler de rire tant l'image est forte : "le couvre chef ( bonnet, casquette, etc...) lui faisant la tête plate d'un yorkshire qui se serait pris une poutre au beau milieu de la boîte crânienne. " Je trouve que ça correspond bien à certaines personnes que j'ai eu l'occasion de rencontrer dans ma jeunesse. Mais ce livre n'est pas seulement que drôle , il est aussi le reflet sans concession d'une certaine partie de la population humaine qui à cause de sa manière d'être, peut être nocive pour ceux qui ont l'impudence de vouloir être autre chose qu'un mouton influençable que le premier petit berger venu peut manipuler à sa guise. Je n'ai pas été surprise par la façon de penser de l'auteure. Sa façon de penser transparaissait déjà dans ses autres ouvrages que j'ai eu l'opportunité de lire. Sa liberté de ton et sa façon d'être me plaisent beaucoup. Comme elle, j'estime que l'on ne doit pas se laisser devenir banal par l'obscurantisme des ST, on doit rester tel que l'on est et tel que l'on veut être, qu'importe ce que pensent les autres. Et je terminerai en citant l'auteur : " Quelle est la différence entre un ST et une plante verte? Reponse : le Q.I. Car les végétaux ont 2 de Q.I. pour pouvoir faire la photosynthèse. Et si les ST étaient capables de transformer la lumière en énergie, je pense que cela se saurait depuis bien longtemps..." Vous aurez compris que je ne peux que grandement vous inciter à découvrir ce livre.

Véritable traité philosophique - 10/11/2016

Véritable traité philosophique, Les Sous-teckels est un livre qui voit le jour au bon moment : dans un société en crise de ses valeurs...

La nocivité des médiocres tout puissants - 22/05/2015

Pas de doute la-dessus : à notre époque, si vous avez de la conscience, de l'esprit, du cœur et de l'audace, vous foncez droit dans le mur ! Superbe démonstration analytique de l'auteur Virginie Vanos.

Fine analyse - 18/05/2015

C'est une forme de dictature invisible décrite ici. Plutôt que d’exprimer des valeurs simples comme la réflexion pure, le libre arbitre, le courage et l'élégance. Peut-on encore être heureux en restant soi-même?

Fine analyse d'une dictature invisible - 18/05/2015

Mon Dieu ! Je n'avais pas réalisé que ces gens aux visages multiples étaient aussi nombreux. Qu'ils étaient aussi pernicieux et dangereux. Je fais le triste constat que dans la société actuelle, il vaut mieux être idiot, sans scrupules et formaté.

Une dénonciation terrible - 03/10/2014

Ce livre, je l'ai lu en deux traites. L'auteure analyse et dénonce l'hypocrisie du jeu social qui nous empêche souvent d'être nous-même. J'ai 74 ans, et je me rends compte que les jeunes d'aujourd'hui vivent dans la crainte d'être rejetés, peu ou pas aimés, s'ils ne se conforment pas à ce que disent les autres. La seule chose qu m'a heurté est le style violent de cette jeune femme. Mais cela change des essais poussifs ou lénifiants. Il fallait donner un coup de pied dans la fourmilière... Virginie Vanos l'a fait.

C'est bien vu - 21/09/2014

Les portraits sont bien vus et nous font irrésistiblement penser à des personnes de notre entourage plus ou moins proche ! On se focalise sur les dictateurs mais on oublie les masses de sous-teckels qui les ont acclamés.

Comme je pense... - 05/09/2014

La masse... le plus grand nombre. Il y a de quoi discuter sur le sujet. D'après moi les êtres s'éduquent de manière lente mais constante. Les forcer à penser autrement ne change en rien la donne. L'histoire et la vie même s'en chargent. Mais on peut expliquer, éduquer, écrire ce qu'il se passe, non pas dans un soucis de vouloir trancher entre le bon et le mauvais, le juste et le coupable mais en conscience du danger d'une mauvaise piste à suivre. Virginie elle explique, vit, est le témoin d'une conscience nécessaire à notre survie.

Un tremblement de terre.... - 27/08/2014

Le style incisif de Virginie Vanos se confirme avec cet essai sociologique. Son ironie presque chirurgicale dissèque la société du XXIème siècle avec une précision infinie !

Mots clés

Utilisez un espace pour separer vos mots clés. Utilisez l'apostrophe (') pour rédiger une phrase.