L’Insupportable Perfection de l’être

Nouvelles

Par Pierre Ferin

Thème : Roman de société / actualité

Format : Roman (134x204)

Nombre de pages : 274

Date de publication : 23/06/2017

ISBN : 9782414095568

Disponible

Livre papier
20,50 €

Livre numérique : format Pdf
4,99 €

Résumé

Douze nouvelles contemporaines (la réussite, le suicide, l’arnaque, Facebook, l’islamisme, un clebs bi, Buenos Aires, Dieppe, la religion, la paternité, l’amour) tour à tour drôles, ironiques, cyniques, érotico-sarcastiques, mais aussi dramatiques, jamais éloignées de la vie telle qu’elle va dans la société ici ou ailleurs, autour du thème de la perfection de l’être, accessible à une élite, insupportable pour la majorité engluée dans la banalité.


Biographie de Pierre Ferin

Après Tout en part, tout y revient, thriller haletant sur la religion (2010), après Un roman goy, récit d'une vie mouvementée (2012), l'auteur nous revient dans son exercice favori : les nouvelles.

Articles associés

Aucun article n'est associé à cet ouvrage.

Avis des lecteurs

beaucoup de plaisir ! - 05/05/2018

Quelques lignes pour dire que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire le recueil de nouvelles que je vous ai acheté au salon de Mesnil -Esnard le 8 avril ( je me situe !). J'ai particulièrement apprécié 'la perfection est de ce monde ' , ' Elvis' et 'Tango '. Les thémes sont accrocheurs car actuels 'Facebook , islamisme ' et dans la première nouvelle , il y a un mélange de styles qui rend l'ensemble tres original et très convaincant . Enfin , je m'arrête là je ne vais pas jouer au critique littéraire que je ne suis pas !. A vrai dire , si vous etes d'accord , j'aimerais bien lire en public votre première nouvelle car je pense qu'elle mérite aussi ce type de diffusion.

Ma nouvelle préférée c'est... - 07/10/2017

Ma nouvelle préférée c'est "Tango", le ton est musical, léger, des notations précises très personnelles, on dirait que tu connais le pays, cette déambulation a du charme, on dirait que le père dérive avec plaisir vers d'autres horizons que sa fille, le charme d'une parenthèse qu'il veut faire durer...; le ton du narrateur celui d'un dieu ironique qui regarde ses marionnettes m'a plu, c'est vraiment "conté " avec une musique d'arrière fond ! De plus on entend vraiment quelque chose de l'Argentine (le baroque des édifices, les remous sociaux, la marchandise...), la fin est abrupte mais elle n'efface pas le reste : même condamnée pas le dernier assaut de l'ex-femme, il reste cette belle promenade sur les "lieux" où vit cette fille où le personnage a capté quelque chose d'elle malgré tout ; enfin je l'ai lu comme cela! Et aussi la 5 (V2) sorte d'autoportrait littéraire. "La faute à facebook" est bien drôle, elle m'a fait penser un peu à un des "caractères" de LA Bruyère, avec cette sage maxime "faut bien accepter de ne pas tout comprendre de la vie et de sa vie... "Les oubliés" est d'une belle nostalgie, mais là aussi et dans d'autres il me semble que tu "creuses" plus volontiers les émotions sexuelles que les autres (la tristesse, le ratage, les passés lourds ? "le sexe est perfection" bon ok mais j'ai trouvé les personnages féminins vraiment trés caricaturaux alors que le narrateur l'est au fond plus que ces malheureuses ! Il me semble qu'il manque un ton pour que cette petite comédie humaine se tienne. Quant à l'"hommage" à Amélie Nothomb (l’écrivaine), il est inattendu et elle m'a paru elle, prendre le dessus... Quant à la dernière (Cordobà), elle est très conséquente, en entremêlant le fil biographique réel, la visite de la mosquée et le dérapage des pénitents, l'évolution incompréhensible de la fille dans cette constellation d'intolérance (de côtés différents selon le siècle) que tu rencontres aussi à Cordoue, on se dit que l'on ne sait pas tout, ni l'histoire de la fille ni le "rêve" de la vengeance contre la confiscation catholique mais après tout c'est peut être son charme, et d'autres évènements pourront apporter d'autres angles de vue ? De plus, j'ai bien aimé la description de l'édifice vu l'an dernier avec étonnement ; c'est vrai que la sensation d'harmonie vient des arcs de la mosquée pas du choeur mégalo. Chantal F

joliment écrit - 25/08/2017

Bonjour Pierre, Je viens de terminer ton recueil de nouvelles "l'insupportable perfection de l'être". J'ai lu une nouvelle par jour, pour me détendre de mes ...travaux de jardinage. J'ai beaucoup aimé. C'est joliment écrit, et les nouvelles sont diversifiées, avec cependant un fil directeur qui leur donne une cohérence d'ensemble. C'est propice à une réflexion philosophique sur l'existence. Au plaisir d'en discuter prochainement. Amitiés. Jean-Pierre Leconte.

Mots clés

Utilisez un espace pour separer vos mots clés. Utilisez l'apostrophe (') pour rédiger une phrase.