Rencontre avec Marie Klaus, auteure de « Papa me l’avait dit »

Marie_Klaus_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
Papa me l’avait dit nous raconte l’histoire de Paul, petit garçon sage et bien élevé, qui, malgré lui, deviendra le chef de famille, suite au décès de son père. Il passera son enfance auprès de ses frères et sœurs, Angèle et Léon, ainsi qu’auprès de sa mère Marie. Peu à peu l’amour de la musique va le transporter, l’emmener vers d’autres horizons. Viendra l’adolescence et le temps des copains, de l’amour, le temps aussi de se poser des questions sur l’avenir. Que faire de sa vie ? Sera-t-il heureux ? Paul est certain d’une chose : la musique sera sa vie. Marie acceptera-t-elle ses choix ? Pour le moment rien n’est moins sûr, mais Paul, ayant le goût du bonheur, ne laissera pas passer sa chance. Ses chances.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
J’avais très envie de rendre hommage à mon papa. Son histoire, je la connais depuis toujours. Je connais les souffrances qu’il a pu ressentir, les chagrins et puis aussi ce courage qu’il a toujours eu face à l’adversité. C’était une façon pour moi de lui dire que je l’aime. Comme une sorte de reconnaissance.

A quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Cet ouvrage s’adresse à tout public, vraiment. Chacun peut se reconnaître à travers cette histoire. Les parents, les enfants, les adolescents. Tout le monde a connu des chagrins, des désillusions, des manques affectifs, des doutes sur son avenir. Tout le monde a également connu des joies, des belles surprises. Cela peut sembler un peu banal et pourtant cela fait partie de notre vie à tous, quelques soit notre âge.

Quelles sont les principales qualités de votre livre ?
C’est toujours délicat de s’auto-juger. Pourquoi est-ce que mon livre serait meilleur qu’un autre ? Je ne peux pas répondre à cette question. Je ne sais pas, je ne veux pas. Tout ce que je peux dire, sans prétention aucune, c’est que ce livre raconte une histoire vraie. Tout ce qui fait ce livre est authentique et je pense qu’il peut toucher tout le monde. Il n’y a rien de factice. Tout est décrit avec sincérité. C’est un livre somme toute simple, mais parfois c’est dans la simplicité qu’on fait les meilleurs choses.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers votre ouvrage ?
Je crois que je pourrais parler d’instinct de survie. Se dire que pour n’importe qui, quelques que soit l’enfance qu’on a eue, on peut se construire, on peut y arriver. Dire aussi que rien n’est impossible, que chacun peut faire son chemin et devenir quelqu’un dans la vie. Peut-être un message d’espoir, sur la transmission d’un parent à son enfant et ce que l’on en fait après. Que rien n’est jamais fini, que tout est toujours possible, malgré les chutes.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Essentiellement auprès des sujets qui me sont familiers. Auprès de ce que j’ai pu vivre ou voir. Dans n’importe lequel de mes romans, il y a toujours une part d’autobiographie. C’est une volonté de ma part. J’aime rester dans le vrai, même si je le romance, forcément.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Pour l’instant, je fais une pause. J’ai écrit 5 livres en trois ans. Si je veux ne pas écrire encore une fois la même histoire, il faut que je puisse me vider la tête pour pouvoir à nouveau retrouver une inspiration. Je ne me force jamais pour écrire. Il faut que le sujet me tombe dessus, naturellement. C’est pourquoi je n’ai aucune contrainte car je sais qu’à un moment donné ou un autre, l’inspiration viendra.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Déjà leur dire que sans eux, nos livres n’existeraient pas. Que malheureusement de moins en moins de monde lit, sans doute par flemmardise ou par manque de curiosité aussi. Leur dire qu’ils sont précieux car ils nous permettent d’avoir une lumière différente sur notre travail. C’est un véritable échange qui se crée entre nous et eux. Et leur dire merci pour tout cela. Je leur suis très reconnaissante.


Commentaires